07222024Headline:

Lettre Ouverte à Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA,Chef de l’Etat de Côte d’Ivoire

Abidjan, le mardi 15 décembre 2020.
10h45
Par JYEE
Objet : Votre investiture du 14 décembre 2020
Excellence Monsieur le Chef de l’Etat,
Nous tenons à saluer votre grande affabilité à notre égard et vous prions de bien vouloir nous permettre, à nouveau, de nous adresser à vous à travers cette ultime Lettre Ouverte pour vous donner notre ressenti par rapport à votre investiture du 14 décembre 2020.
Nous allons devoir puiser dans les tréfonds de ce qui nous reste encore d’art plumique pour essayer de vous adresser des missiles de “vérités” qui tenteront de vous mettre devant vos responsabilités.
Bien que cela demeure un exercice ô combien périlleux et difficile tant la fébrilité de votre entourage est dangereuse pour notre liberté, nous accomplirons volontiers ce devoir de dénonciation qui consistera à vous dire nos vérités tranchantes en évitant de tomber dans l’irrespect et dans le “trouble à l’ordre public” qui pourrait nous conduire, à coup sûr, dans vos cachots nauséabonds.
Excellence Monsieur le Chef de l’Etat,
Souffrez que nous vous ramenions encore aujourd’hui en face de vos réalités…
Tel un prestidigitateur, vous avez mis en place un simulacre de consultation électorale en vous assurant de maitriser les 4 éléments clés de votre forfaiture :

Tout d’abord vous avez rédigé un code électoral de façon unilatérale sans y associer l’opposition significative.

Ensuite vous avez mis en place un fichier électoral fantaisiste et truffé de fautes volontaires.

Vous avez, au mépris des injonctions de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, imposé une CEI composée à 80% des membres de votre Parti Unique

Enfin vous avez terrorisé un Conseil Constitutionnel aux ordres, vidé de sa substance intellectuelle car terrifié par vos attitudes répressives.
Et vous avez, toute honte bue, demandé aux ivoiriens d’aller voter dans ces conditions, d’une opacité sans aucune mesure…
Plus de 90% de la population ivoirienne a ainsi “assisté”, sans y participer, à la plus grande supercherie électorale jamais organisée dans notre pays.
Les quelques résistants qui ont voulu manifester physiquement leur désaccord ont été purement et simplement découpés à la machette ou incarcérés dans les geôles du pouvoir.
Après ce braquage “democratique” à la machette, vous avez muselé l’opposition en enfermant ses leaders afin que leur libération vous serve comme monnaie d’échange lors de futures discussions pour la reconciliation et la paix.
Après nous avoir ainsi soumis à cette violence insupportable de vos miliciens désœuvrés appelés communément “les microbes”, vous nous imposez une paix superficielle, ou plus exactement une réconciliation publicitaire, en ayant pris le soin de déblayer la route de la prison sous nos pieds.
Excellence Monsieur le Chef de l’Etat,
Le peuple ivoirien, non violent de nature, a du se résigner à assister hier lundi 14 décembre, sur son territoire, à cette honteuse auto-investiture qui s’est déroulée à “huit clos”, avec quelques personnalités triées sur le volet, sans doute contraintes et forcées pour certaines, chacune pour des intérêts personnels obscurs et inavoués.
Vous avez même poussé le vice à oser inviter cet ancien président voyou, condamné à 4 ans d’emprisonnement dans son propre pays, pour corruption et trafic d’influence, en laissant à la porte de cette “fête” du RHDP, vos propres équipes qui ont bataillé dur et ferme pour vous aider, vaille que vaille, à installer votre forfaiture.
Cette auto investiture sans fastes ni trompettes n’enlèvera rien au fait que ce n’est pas le peuple ivoirien qui vous a installé là où vous vous trouvez actuellement.
Excellence Monsieur le Chef de l’Etat,
Vous avez juré sur cette Constitution que vous avez violé auparavant sans hésiter en ayant bien pris le soin, pour assurer votre forfaiture en toute quietude, de reléguer au second plan vos propres experts constitutionnalistes fondateurs de cette Loi Fondamentale de 2016, pour mettre en avant vos deux répondeurs automatiques, l’Agouti zélé du Zanzan et son compère bachelier d’Agboville, Bouki l’Hyène, complètement ignares en constitutionnalisme, mais ô combien caisse de résonnance du RHDP à souhait.
Quel crédit apporter alors à cette prestation de serment ?
Le monde a vu, le monde se tait. Les ivoiriens ont vu, les ivoiriens se taisent…chacun pour ses intérêts personnels.
Nous avons décidé de vous le signifier, quand bien même cela pourrait nous en coûter. Nous nous offrons en sacrifice…
Excellence Monsieur le Chef de l’Etat,
Les ivoiriens dans leur écrasante majorité gardent confiance et sont, plus que jamais, unis comme un seul homme derrière le Père de la Nation, le président BÉDIÉ, qui n’est pas tombé dans le piège que vous avez voulu à nouveau lui tendre en l’invitant à votre cérémonie de blanchiment de fraude électorale.
Le président BÉDIÉ ayant maintenu la flamme de l’Espoir grâce à son discours historique du 9 décembre 2020, dans lequel il pose les vrais bases du cheminement vers une paix et une réconciliation durable dans notre pays, nous tenons à vous dire clairement que ni l’avant, ni l’après investiture n’alterera notre détermination.
Nous sommes conscient d’être dans une course de fond. “Rome ne s’est pas faite en un jour”.
C’est avec des mots, de la persévérance, de la discipline et du courage que nous réaliserons notre idéal. De tels grands et nobles objectifs, tels que celui de faire respecter la Loi Fondamentale qui régit notre nation, nécessitent du temps. Nous saurons être patients…
Dieu bénisse notre belle patrie…🙏
Jean-Yves ESSO ESSIS
Inspecteur du PDCI-RDA
Membre du BP du PDCI-RDA
Président des Cadres Dynamiques du PDCI-RDA

What Next?

Recent Articles