07202024Headline:

Levée d’immunité de Bazoum : Amnesty dénonce les violations de la procédure et des droits de la défense

Au Niger, la Cour d’Etat a ordonné ce vendredi 14 juin, la levée de l’immunité présidentielle de Mohamed Bazoum, ouvrant ainsi la voie à un procès contre l’ex-président, poursuivi notamment pour haute trahison et apologie de terrorisme.
En résidence surveillée depuis le coup d’Etat du 26 juillet 2023, l’ancien président du Niger, Mohamed Bazoum a perdu son immunité présidentielle. Ce vendredi 14 juin, la Cour d’Etat, une juridiction spéciale mise en place par le CNSP, a ordonné la levée de son immunité présidentielle.

En effet, Bazoum, poursuivi pour haute trahison, complot ayant pour but de porter atteinte à la sûreté de l’État et apologie du terrorisme devra donc comparaître devant la justice de son pays comme tout citoyen ordinaire. Pour Amnesty International, la procédure judiciaire ayant abouti à cette décision est biaisée.

Le bureau régional de l’Afrique Central et de l’Ouest a dénoncé « les violations de la procédure et des droits de la défense. Tout au long de la procédure, Mohamed Bazoum n’a jamais eu accès à ses avocats ». Même son de cloche de la part du collectif des avocats de l’ancien Chef de l’Etat qui ont accusé la Cour d’Etat d’avoir légitimé la dictature au Niger.

What Next?

Recent Articles