11132018Headline:

Libération de 800 détenus de la crise post-électorale, L’opposant burkinabé, Me Hermann Yaméogo réagit!

Dans une déclaration dont copie est parvenue à la Rédaction de linfodrome.ci, le président de l’Undd, parti de l’opposition au Burkina Faso, réagit à l’ordonnance du président ivoirien, Alassane Ouattara portant libération de 800 prisonniers d’opinion, dont Simone Gbagbo. Hermann Yaméogo, fils de l’ex-président du Faso, salue un geste de réconciliation nationale qu’il souhaiterait voir imité dans son pays.

« A l’occasion de la célébration de la fête de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, le Président Alassane Ouattara a procédé, ce lundi 06 août 2018, à la signature d’une ordonnance portant amnistie qui bénéficie à environ huit cents (800) personnes poursuivis ou condamnés pour des infractions en lien avec la crise post-électorale de 2010, ou des infractions contre la sûreté de l’Etat commises après le 21 mai 2011, date de sa prestation de serment en qualité de Président de la République. Au nombre des bénéficiaires de l’amnistie figurent Madame Simone Ehivet Gbagbo, Messieurs Lida Kouassi, Assoa Adou et Souleymane Kamaraté dit soul to soul, un proche du Président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro. L’UNDD présente respectueusement ses félicitations au Président Alassane Ouattara pour ce geste d’homme d’Etat et de grand patriote qui honore la Côte d’Ivoire et son père fondateur Le Président Félix Houphouet Boigny. Ce n’est pas seulement un geste réparateur qu’il accompli, mais c’est aussi un acte d’espérance pour ce pays de paix qu’il met ainsi intelligemment en position pour conjurer ses vieux démons. Cette mesure d’amnistie est le couronnement d’un processus qui implique toute la Nation ivoirienne. Depuis quelques temps en effet, la Cote d’ivoire est gagnée par une véritable croisade pour la réconciliation nationale engageant au-delà du personnel politique des ivoiriens à travers leurs structures organisées ou non. Les initiatives prises par le Président de l’assemblée nationale Guillaume Soro, par le PDCI / RDA du Président Henri Konan Bédié, comme par les artistes les plus divers n’avaient déjà pas laissées indifférente l’Union pour le développe et la démocratie (UNDD), dont on sait le combat foncièrement trempé de cette valeur propre à promouvoir, à consolider ou à réactiver la cohésion nationale. Le message émouvant et empreint de dépassement par lequel le Président Alassane Ouattara a annoncé l’amnistie portant tant sur des faits non encore jugés, que ceux ayant déjà fait l’objet de condamnations n’est pas pour rien aussi bien célébré en interne qu’en international. Dans son message à la Nation, le Président ivoirien s’est en effet mis sur les traces du Père de la Nation, le Président Félix Houphouët-Boigny qui disait qu’« ’il n’y a pas de sacrifice trop grand pour la paix ». L’acte vient à point nommé au moment où le pays était en proie à un insidieux vague à l’âme, prouver que la réconciliation nationale est une valeur partagée et que le Président de la république entend y apposer son sceau, l’endosser pour la rendre irréversible. Que cette louable décision gagne en ampleur, pour lui permettre de parachever cette acte de foi, en œuvrant au retour de tous ses frères le président Laurent Gbagbo, le ministre Blé Goudé aux prises avec la cour pénale internationale (CPI), et dont la restitution au pays aiderait à la consolidation de sa politique de paix et de réconciliation vraie.

Bonne fête d’indépendance au Président Alassane Ouattara et à tout le peuple Ivoirien.

 

NB : Le titre et le chapeau sont de la Rédaction

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment