08192017Headline:

Libération de Gbagbo: Voici le pays de l’Afrique de l’Ouest qui veut accueillir

gbagbo marchant

Actuellement détenu à La Haye et en attente de son procès prévu pour s’ouvrir en juillet 2015, l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, est l’objet de convoitise de la part de plusieurs pays africains.

Selon France Info, une radio française qui donne l’information, dans son émission ”ils ont fait l’actu’‘ , du 16 décembre 2014, le Togo, un pays de l’Afrique de l’Ouest, se dit prêt à recevoir sur son sol, le fondateur du Front populaire ivoirien (Fpi).

Le journaliste Gilbert Chevalier qui dit avoir rencontré l’avocat principal du détenu, Me Emmanuel Altit, indique qu’outre ce pays, l’Afrique du Sud et l’Angola se sont également manifestés. Ces pays proposent leur hospitalité à l’ex-patron du palais , au cas où il recouvrait la liberté, ne serait-ce que provisoirement.

Il faut souligner que Laurent Gbagbo compte encore beaucoup d’amis parmi les chefs d’Etat africains, et à travers le monde, qui sont disposés à lui apporter leur soutien. L’argument principal présenté par le Procureur Fatou Bensouda pour convaincre la Cour de lui refuser la libération provisoire, est justement son réseau d’amitiés et d’influence qui est resté solide en dépit de sa détention. C’est un prisonnier politique pour beaucoup d’Africains, souligne son avocat, qui ajoute, à en croire la radio française, que le fait qu’on en parle si peu en France est d’ailleurs révélateur.

Dans son émission, consacrée à une personnalité ou une affaire qui a marqué l’actualité, le journaliste français revient sur les ” conditions de détention plutôt favorables ” du ” Woody de Mama ”. L’ancien président ivoirien, annonce-t-il, partage sa cellule avec d’autres prisonniers, avec qui il échange régulièrement. L’un de ses interlocuteurs privilégiés reste son avocat, le Français, Emmanuel Altit, avec qui il s’entretient plusieurs fois dans la semaine. «Les couloirs de la prison de Scheveningen n’ont plus de secret pour l’avocat français. Mais Emmanuel Altit refuse de parler de l’état d’esprit et même de l’état de santé de son client », précise-t-il.

A la Cpi, le statut d’ancien président dont bénéficie Laurent Gbagbo ne lui donne pas, cependant, droit à un traitement de prince. A preuve, la Cour lui a refusé une permission qu’il a formulée afin de pouvoir assister, en Côte d’Ivoire, aux obsèques de sa mère décédée le 15 octobre dernier. La juridiction internationale reste déterminée pour juger l’époux de Simone Ehivet, pour crimes contre l’humanité : meurtres, viols et violences sexuelles, actes de persécution et actes inhumains, dont il aurait été co-auteur indirect durant la crise post-électorale dans son pays. Le procès s’ouvre à partir du 7 juillet 2015.

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment