02032023Headline:

L’Iran ferme un institut français après la publication de caricatures dans Charlie Hebdo

La République islamique d’Iran a annoncé jeudi la fermeture de l’Institut français de recherche en Iran (Ifri) en représailles à la publication de caricatures du guide suprême iranien, Ali Khamenei, dans le journal satirique Charlie Hebdo. “Une première étape”, menace Téhéran.

La République islamique d’Iran n’a pas tout à fait le même sens de l’humour que les dessinateurs de Charlie Hebdo. Le pays a annoncé jeudi 5 janvier la fermeture de l’Institut français de recherche en Iran (Ifri), après la publication par le magazine satirique de caricatures jugées insultantes pour le guide suprême iranien, Ali Khamenei, la plus haute personnalité religieuse et politique d’Iran.

“[…] Le ministère met fin aux activités de l’Institut français de recherche en Iran (Ifri) comme une première étape [de la réponse iranienne aux caricatures]”, affirme un communiqué du ministère iranien des Affaires étrangères.

Selon son site, l’Ifri est affilié au ministère français des Affaires étrangères. Il est né en 1983 après la fusion de la Délégation archéologique française en Iran (Dafi), créée en 1897, et de l’Institut français d’iranologie de Téhéran (Ifit), fondé en 1947 par Henry Corbin.

L’Iran avait averti Paris mercredi qu’il y aurait une réaction après la publication de caricatures “insultantes” de l’ayatollah Ali Khamenei dans Charlie Hebdo.

L’Ifri, situé dans le centre de Téhéran, avait été fermé durant de longues années. Il avait rouvert sous la présidence du modéré Hassan Rohani (2013-2021) comme un signe du réchauffement des relations entre la France et l’Iran. Il comprend notamment une riche bibliothèque, utilisée par les étudiants de la langue française et des universitaires iraniens.

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles