06252022Headline:

L’Ukraine est prête à « discuter » de la Crimée, de Donetsk et de Lougansk, Zelensky

La Russie a lancé une opération militaire en Ukraine pour, selon elle, dénazifier le pays et sauver la population des nationalistes. 13 jours après le début du conflit militaire, le président Ukrainien a indiqué être prêt à discuter du statut des régions séparatistes de la Crimé, de Donetsk et de Lougansk.

La Crimée s’est séparée de l’Ukraine et a rejoint la Russie en mars 2014 à la suite du coup d’État de Maïdan à Kiev, qui a vu le renversement du gouvernement du pays et son remplacement par des forces ultranationalistes et pro-occidentales. Les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk ont ​​été créées au printemps 2014, également en réponse au coup d’État de Kiev.

« Je parle de garanties de sécurité. Je pense aux articles concernant les territoires temporairement occupés et les républiques non reconnues qui n’ont été reconnues que par la Russie, ces pseudo-républiques. Mais nous pouvons discuter et trouver le compromis sur la façon dont ces territoires vont vivre. Ce qui est important pour moi, c’est comment les gens de ces territoires vont vivre qui veulent faire partie de l’Ukraine », a déclaré Zelensky, s’adressant à ABC News.

Les commentaires de Zelensky font suite aux propos tenus lundi par le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, appelant l’Ukraine à se démilitariser, à garantir son statut hors bloc et à reconnaître la Crimée et les républiques populaires de Donetsk et Lougansk. Avertissant que l’Ukraine n’est « pas préparée aux ultimatums », Zelensky a néanmoins exprimé sa volonté de dialogue avec son homologue russe, Vladimir Poutine.

« En ce qui concerne l’OTAN, je me suis calmé sur cette question il y a longtemps, après que nous ayons compris que l’OTAN n’était pas prête à accepter l’Ukraine. L’alliance a peur des choses controversées et de la confrontation avec la Russie. Nous n’avons jamais voulu être un pays qui mendie quelque chose à genoux, et nous n’allons pas être ce pays et je ne veux pas être ce président », a déclaré Zelensky.

La Russie et l’Ukraine ont tenu lundi un troisième cycle de pourparlers de paix dans la région de Brest, dans l’ouest de la Biélorussie. Les négociateurs ukrainiens ont assuré à leurs homologues russes que les couloirs humanitaires déclarés lundi par l’armée russe commenceraient à fonctionner normalement. Le négociateur en chef russe Vladimir Medinsky a exprimé sa déception face à l’absence de progrès dans les pourparlers, affirmant que la partie ukrainienne n’avait pas signé les protocoles proposés par la Russie sur des questions déjà convenues en principe lors du précédent cycle de discussions. Les deux parties se sont déclarées prêtes à poursuivre les négociations.

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles