07022020Headline:

« L’un des défauts majeurs de Gbagbo c’est qu’il perd toute sa lucidité, et devient méconnaissable face au sexe, aux femmes » (Doumbia Major)

Doumbia Major trouve absurde que Gbagbo puisse se rabaisser, pour se retrouver à porter plainte contre des personnes, dans des conflits entre femmes.

Un homme peut perdre tout, mais il ne doit pas perdre sa dignité, son honneur et sa respectabilité. Un ancien chef de l’État doit se respecter et se faire respecter en ayant des conduites honorables et garder sa dignité dans tous les actes de sa vie.

Le comportement de Laurent Gbagbo qui consiste à son âge à traîner encore dans des histoires de fesses et dans des potins et commérages de femmes, n’est ni honorable pour lui, ni honorable pour la Côte d’Ivoire qu’il a eu à diriger.

Comment un ancien président peut se rabaisser si bassement, pour se retrouver à porter plainte contre des personnes insignifiantes, dans des conflits entre femmes. Si ce n’est pas contre des ex gamins de la FESCI que lui-même a manipulés qu’il porte plainte, c’est contre des rivales de sa seconde épouse ou contre des dames qui insultent celle-ci qu’il porte plainte.

Comment tu peux te rabaisser dans de telles gamineries et histoires de femmes, en oubliant que tu as été quand-même ancien chef de l’État !

L’un des défauts majeurs de Gbagbo c’est qu’il perd toute sa lucidité, le contrôle de lui-même, et il devient méconnaissable face au sexe, face aux femmes.

Quand les gens font de toi leur fétiche, il faut toi-même te comporter en fétiche, sinon tu te démystifies et tu fais que personne ne prend au sérieux ceux qui te présentent comme leur leader.

Je me pose souvent la question de savoir si sa libido débordante ne prend pas trop souvent le contrôle de son intelligence et de sa lucidité, de sorte à le mettre souvent dans des états qui ressemblent à des folies passagères, où il se retrouve à se comporter comme un zombie, contrôlé par l’objet de sa soif sexuelle du moment. Sinon, normalement Gbagbo est un homme trop intelligent pour se retrouver à se rabaisser dans des plaintes contre des gamins ou à porter plainte dans des conflits entre femmes.

Et dans le cas de Gbagbo, c’est non seulement le FPI qu’il salit avec ses histoires privées de femmes, mais c’est toute la Côte d’Ivoire qu’il rabaisse, sans même en avoir conscience, comme s’il était envoûté.

Quand on est chef, on ne s’appartient plus, on appartient aussi aux autres.

Chaque acte qu’on pose doit concourir à renforcer ce statut et dans notre vie quotidienne, on doit tenir compte de l’impact et des répercussions que peut avoir chaque acte qu’on pose sur l’image de l’appareil et l’institution dont on est le leader.

On me dira que c’est la fin d’un mythe et qu’à la fin d’un mythe, le mythique lui même se dévoile dans toute sa nudité.

Lire sur Yeclo

Comments

comments

What Next?

Related Articles