02232024Headline:

Lutte contre la drogue : Une Ong appelle les fidèles chrétiens à contribution

“Sensibilisation au cadre réglementaire qui régit les drogues et boissons alcoolisées énergisantes en Côte d’ivoire”. Tel est le thème d’un atelier de sensibilisation organisé par l’Ong Hadasa-Glory, présidée par Atchiban Cécile Coulibaly, experte en gestion de conflits et paix, et consultante en éducation, en management personnel et familial. C’était le mercredi 6 décembre 2023, dans les locaux de l’Eglise Ambassade des Vainqueurs, à Abobo-Dokoui.

Atchiban Cécile Coulibaly a mis cette aubaine à profit pour interpeller le peuple de Dieu, chacun à son niveau, avec ses propres moyens à « booster hors des frontières ivoiriennes ce phénomène qu’est la drogue ».

Le choix de ce thème, précise la présidente, répond au besoin d’instruire les populations de façon générale et en particulier les fidèles chrétiens sur les dispositions juridiques qui encadrent les drogues et ses dérivés en Côte d’Ivoire. De sorte qu’ils soient mieux outillés, en matière de législation sur le phénomène.

Prenant la parole, le formateur du jour, Silué Oumar, Inspecteur principal d’éducation spécialisée, chef de service chargé de la coopération internationale, de la législation, des statistiques et de la veille au Comité interministériel de lutte anti-drogue (Cilad), s’est voulu clair. Il a expliqué que la drogue est un problème réel dans la société ivoirienne. La substance est disponible et accessible. D’où l’interpellation des populations singulièrement des parents sur leurs responsabilités dans l’éducation de leurs progénitures. « Il faut préparer les enfants à la rencontre de la drogue, de sorte qu’ils soient capables à dire non », conseille-t-il.

Le Bishop Jean François Comoé, président fondateur des églises “Ambassade des Vainqueurs”, a salué cette initiative.

Pour lui, le thème est plus qu’important car la drogue circule déjà dans les quartiers. Il explique que l’église est un rassemblement de familles. C’est alors une bonne plateforme pour sensibiliser : « Nous avons l’impression que nos enfants ne sont pas concernés à cause de notre foi. Que non ! », soutient-il.

What Next?

Recent Articles