02042023Headline:

Madagascar: succès grandissant du premier livre pour enfants sur la compréhension des émotions

Une psychologue pour enfant, une auteure de livre jeunesse et un dessinateur ont décidé de rassembler leurs compétences pour créer un ouvrage bilingue destiné aux familles de Madagascar. Un livre totalement novateur dans l’offre existante de littérature jeunesse malgache. Par sa thématique, déjà, mais également par ses illustrations adaptées à la diversité des petits lecteurs de l’île.

Sorti le 17 décembre en librairie, le livre intitulé, en français, À l’écoute de mes émotions était dès le lendemain en rupture de stock. Cent exemplaires ont déjà été précommandés. Un plébiscite qui a surpris ses auteurs et qui en dit long sur l’intérêt et le changement d’état d’esprit des parents vis-à-vis de cette thématique.

« Ça part d’un constat où je me suis rendue compte que les parents, culturellement, ne parlent pas des émotions », explique Ashley Razafindrabe, psychologue. Elle a co-signé le livre. « Dans beaucoup de familles malgaches, on peut parler de biais culturel. On va davantage demander aux personnes, que ce soient des adultes ou des enfants, de taire leurs émotions. “Ah, ne pleure pas, tu n’es pas un bébé”, ‘”Ne pleure pas, ça va passer”…On ne va pas être à l’écoute du besoin de la personne et je trouvais ça d’autant plus important d’aider les familles malgaches à mettre des mots sur les émotions », raconte-t-elle.

« Exprimer l’émotion sans comportement violent »
Dans le livre, huit émotions, décrites avec des mots d’enfants, suivies d’une énumération de différents besoins qui pourraient découler de l’émotion en question, sont exprimées. « Taire les émotions, ne pas les laisser s’exprimer, c’est courir le risque qu’on ait une explosion, une expression démesurée de cette émotion. Donner les mots aux enfants pour pouvoir s’exprimer, c’est leur montrer qu’on accepte toutes les émotions et on peut ensuite montrer comment exprimer l’émotion sans comportement violent », estime Mme Razafindrabe.

Un livre plein de couleurs, où chaque enfant malgache, qu’il ait le teint clair ou foncé, les yeux bridés ou non, les cheveux crépus ou lisses, qu’il soit valide ou en fauteuil roulant, peut s’y reconnaitre.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles