02032023Headline:

Mali: à quel jeu joue l’imam Mahmoud Dicko contre le pouvoir malien?

Mali : l'imam Mahmoud Dicko, une voix critique qui résonneLe projet de nouvelle Constitution qui doit être soumis à référendum en mars 2023 ne reçoit pas l’assentiment de l’imam Mahmoud Dicko et ses alliés. Les partis d’opposition aux actuelles autorités de transition rejettent tous catégoriquement ce projet, nous dit AbidjanTv.net.

Au Mali, le ministère malien de l’Administration territoriale invite ce jeudi matin les partis politiques et la société civile, en vue d’échanger sur le projet de réforme, dont la nouvelle constitution. Mais, la CMAS, mouvement de soutien à l’imam Mahmoud Dicko a réitéré sa demande à Assimi Goïta  de renoncer au projet de nouvelle constitution, et annonce sa non participation à la rencontre du 12 janvier.

Aucune disposition du droit positif ne donne compétence au Président Assimi GOÏTA pour prendre l’initiative de l’élaboration d’une nouvelle constitution et de la faire aboutir par voie de référendum. « Nous avons demandé au Président de la transition de renoncer à son projet d’élaboration d’une nouvelle constitution et cela on se fonde sur deux points essentiels à savoir dans le droit positif actuel au Mali, il n’y a pas des dispositions qui donnent compétence au Président de la Transition de pouvoir initier une élaboration de la constitution. Le deuxième point on a vu qu’actuellement il y a beaucoup de problèmes qui ne datent pas d’aujourd’hui » a expliqué, mardi, à l’Agence Anadolu, Youssouf Daba Diawara coordinateur général de la CMAS.

Le Malien a besoin de stabilité dans tout son territoire en vue de mieux coopérer avec l’ensemble des résidants et des partenaires associés. Le Colonel Assimi Goïta sera-t-il à la hauteur de redynamiser le pays? ou laissera-t-il la place aux civils?

Melchisedeck

Comments

comments

What Next?

Recent Articles