09302022Headline:

Mali : entretien téléphonique entre le chef de la junte et Vladimir Poutine

Le chef de la junte au Mali a eu un entretien téléphonique avec Vladimir Poutine au lendemain de la réception de nouveaux équipements militaires de son allié russe, a indiqué mercredi 10 août Assimi Goïta sur son compte Twitter, une information confirmée à l’AFP par la présidence malienne.

«Nous avons évoqué l’appui de la Fédération de Russie à la transition politique malienne et j’ai salué la qualité de notre partenariat respectueux de la souveraineté du Mali et des aspirations de sa population», a déclaré le président Goïta sur les réseaux sociaux.

Les colonels, qui ont pris le pouvoir par la force en août 2020 dans ce pays en pleine tourmente sécuritaire, ont décidé de se séparer du vieil allié français engagé militairement contre les djihadistes depuis 2013 et de relancer ardemment la coopération avec la Russie.

Mardi, l’armée malienne a réceptionné de nouveaux équipements militaires, dont cinq avions et un hélicoptère de combat au cours d’une cérémonie officielle en présence du chef de la junte et de diplomates russes, durant laquelle le «partenariat gagnant-gagnant avec la fédération de Russie» a été vanté. Le Mali a accueilli en grand nombre depuis le début de l’année ce que la junte présente comme des instructeurs russes.

Des «préoccupations communes»
Les partenaires occidentaux dénoncent pour leur part le recours de la junte aux services de la société privée russe de sécurité Wagner, aux agissements décriés. La junte dément et parle de partenariat ancien avec l’armée russe.

La Russie avait admis en mai une présence de Wagner au Mali «sur une base commerciale». Le colonel Assimi Goïta a par ailleurs reçu mercredi Amina J. Mohammed, vice-secrétaire générale de l’ONU et Mahamat Saleh Annadif, chef du bureau des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel dans un contexte de tensions avec l’organisation.

Ils ont évoqué des «préoccupations communes», selon la présidence malienne. Amina J. Mohammed avait été reçue auparavant à Abidjan, a indiqué une source diplomatique à l’AFP.

Depuis un mois, 49 soldats ivoiriens sont détenus à Bamako, accusé par les militaires au pouvoir au Mali d’être des «mercenaires», ce que nie Abidjan qui assure qu’ils étaient en mission pour l’ONU. Le Mali est plongé dans la tourmente depuis 2012.

La propagation djihadiste, d’abord confinée dans le nord du pays, s’est étendue au centre et au sud du Mali, ainsi qu’aux Burkina Faso et Niger voisins.

Quarante-deux soldats maliens ont été tués dimanche dans le nord-est du Mali, près des frontières du Burkina Faso et du Niger, dans l’attaque la plus meurtrière attribuée à des djihadistes contre les forces maliennes depuis 2019, selon un nouveau bilan donné mercredi.

Melv

Comments

comments

What Next?

Related Articles