03262017Headline:

Marcory /Affaire une femme meurt en couche/ L’époux de la defunte sort de son silence…

epoux femme en couche

Convoqué au tribunal d’Abidjan Plateau, le vendredi 20 novembre, Raphaël Odjo, l’époux de dame Yaoua Noum Nadège, morte en couche à l’hôpital de Marcory, n’y était pas.

L’homme que nous avons rencontré, le dimanche 29 novembre 2015, à son domicile, situé à la Sicogi de Marcory, pour en savoir les raisons, a affirmé que contrairement à ce qui se raconte, il est bel et bien à Abidjan. Il n’est pas introuvable, comme veulent le faire croire certaines personnes. Selon lui, le vent de suspicion alimenté par des gens tire sa source dans l’appel qu’il a reçu, le vendredi 20 novembre 2015, du parquet d’Abidjan Plateau. « Le 20 novembre, j’ai reçu un appel d’une dame qui me demandait de me rendre au parquet dans les trente minutes qui suivaient son appel, en compagnie de la tante de mon épouse. Celle-ci n’étant pas en place, j’ai informé mon interlocutrice de son absence et profité pour lui signifier qu’il serait difficile, avec les embouteillages, de rallier Marcory-Plateau en trente minutes. J’ai alors proposé que la rencontre soit reportée pour le lendemain. C’est ainsi que mon interlocutrice a rétorqué et fait savoir qu’elle serait absente toute la semaine. Mais que je serai recontacté dès son retour », a relaté Raphaël Odjo. Depuis cette date, l’époux de la parturiente morte en couche a compris qu’il faut s’attacher les services d’un avocat. A l’en croire, il est en pourparlers avec un homme de loi pour assurer sa défense. Car, dans le procès qui va s’ouvrir dans les jours à venir, pour élucider les circonstances du décès de dame Yaoua Noum Nadège, sa version des faits sera capitale. Selon des informations que nous avons reçues du rapport de l’audition des sages-femmes, sur le billet de sortie de l’hôpital de Marcory il est mentionné 3h05mn. Alors que sur celui d’entrée au Chu de Treichville, il est marqué 4h05mn, soit une heure pour rallier l’hôpital général de Marcory au Chu de Treichville, à une heure aussi tardive. Sur la question, Raphaël Odjo a balayé du revers de la main cette mention, tout en prenant à témoin la tante de son épouse, assise à sa droite. « Au contraire, j’ai roulé à tombeau ouvert dans le souci de sauver ma femme », a-t-il expliqué. De toutes les façons, l’autopsie réalisée par le médecin légiste, le mardi 24 novembre 2015, sur la parturiente décédée dans la nuit du dimanche 8 au lundi 9 novembre permettra de situer la cause de la mort de dame Yaoua Noum Nadège. Les résultats de cette autopsie, au dire de l’époux, seront disponibles dans un mois. Raphaël Odjo a affirmé qu’il n’en peut plus de tout ce qui se raconte sur sa personne. Il dit ne rien à voir dans la mort de sa femme et que le vigile de l’hôpital peut témoigner des actions qu’ils a menées pour que sa femme reste en vie. C’est ce dernier, a-t-il confié, qui l’a aidé à soulever sa femme pour la faire asseoir dans sa voiture personnelle.

Elysée YAO

 linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment