06272022Headline:

Marioupol: près d’Azovstal, les gens disent avoir du mal à s’habituer au silence

Dans le Donbass, partiellement contrôlé depuis 2014 par des séparatistes pro-russes, la situation devient « de plus en plus difficile » pour les défenseurs ukrainiens de Lougansk, une des deux régions de ce bassin houiller, et en particulier à Severodonetsk, bombardée « 24 heures sur 24 », selon le gouverneur ukrainien Serguiï Gaïdaï. Toutes les forces russes et pro-russes sont concentrées dans cette zone. Les soldats ont d’ailleurs quasiment quitté Marioupol.

Désormais, sur les routes pour se rendre à Marioupol, quand on vient de la capitale de la république séparatiste de Donetsk, les check-points sont moins nombreux. S’il faut toujours un permis spécial pour aller dans la ville, le pouvoir n’est plus aux mains des militaires. Il a été transféré à la police. Commissariat central et autres antennes de quartier sont dorénavant installés.

Presque toute la ville est accessible, sauf l’usine Azovstal et ses abords. Elle est à présent aux mains des démineurs. À peine les derniers soldats ukrainiens partis, il y a quelques jours, le travail a commencé. Juste en face de l’usine vit cet ancien mécanicien d’Azovstal. Pour lui, il va falloir vivre longtemps avec les détonations des mines.

Il faudra beaucoup de temps pour tout déminer, car il y a de tellement de passages, tellement de tunnels… J’y ai travaillé pendant 40 ans, j’ai travaillé dans cet Azovstal. Il y a tellement de choses. Vous ne pouvez pas faire ça en une semaine ou même un mois. Il faut y creuser pendant au moins six mois, car il y a des passages souterrains, des pipelines, des tunnels pétroliers, tout ! Cela prendra beaucoup de temps. Ce n’est qu’un tas de ferraille. Il ne reste plus rien, là-bas. Les pipelines sont détruits, tout est détruit. C’est effrayant d’aller là-bas. On peut marcher sur n’importe quoi maintenant : des obus, des mines, des cadavres. Les tunnels et les passages souterrains, il y en a jusqu’à au moins vingt-trente mètres, peut-être. Après tant de mois de combats, il faut s’attendre à tout, là dedans. Je pense que c’est fini, c’est impossible à restaurer. Il faudrait y consacrer tellement d’argent. Et de toute façon, où trouveriez-vous les gens pour y travailler ? Les gens sont morts ou partis, et l’usine ne peut pas marcher sans professionnels et, encore une fois, sans énormément d’argent

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles