10212017Headline:

Mathias Aka N’Gouan, maire de Cocody : “Notre modèle, c’est Beverly Hills…”

Aka n'gouan Mathias

Mathias Aka N’Gouan, membre du PDCI, a été élu à la tête de la municipalité de Cocody, à Abidjan, lors des élections locales d’avril 2013. Interview.
Assis dans son immense bureau de l’hôtel communal, il enchaîne les coups de fil sur son fixe et ses deux portables. Quelques problèmes d’administrés à régler… Économiste de formation, Mathias Aka N’Gouan a consacré une grande partie de sa carrière à l’agriculture et présidé l’Organisation centrale des producteurs-exportateurs d’ananas et de bananes pendant seize ans. Il a été élu à la tête de la municipalité de Cocody lors des locales d’avril 2013, où il conduisait la liste du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA).
Jeune afrique : Comment appréhendez-vous les problèmes de sécurité ?
Mathias Aka N’Gouan : Cocody est une commune riche où le luxe est très présent. Cela attire les braqueurs et les criminels, qui viennent notamment des communes voisines, Abobo et Adjamé. Mais la situation s’améliore. Nous envisageons d’ailleurs de créer deux commissariats pour la police municipale et, avec l’État, de construire une école nationale de police municipale. Nous avions aussi prévu d’installer des caméras sur les principales artères et points sensibles, mais leur coût était trop élevé pour le budget communal.
Votre budget est-il si faible que cela ?
La commune n’a vraiment pas assez de moyens pour être autonome et mener à bien ses projets. La loi nous autorise à lever des fonds sur les marchés financiers, mais, pour le moment, il ne nous est pas possible de prendre une telle initiative, la situation de notre trésorerie ne nous le permettant pas. Nous avons cependant lancé une étude pour avoir une idée de notre capacité à mobiliser des ressources propres.
Vous avez quand même engagé des chantiers ?
Les travaux de voirie continuent. Nous allons bénéficier de 50 km de chaussée bitumée et, surtout, Cocody s’apprête à révolutionner le transport : à partir de 2015, nous allons en effet mettre en service plusieurs lignes de bus propres à la commune. Nous avons aussi un plan de renouvellement du parc de taxis communaux. En revanche, les projets de parc des expositions et de stade omnisports sont en stand-by…
Comment voyez-vous la Cocody du futur ?
Nous voulons en faire un “Beverly Hills sous les tropiques”. Attention, c’est une vision très réaliste. Afin d’y parvenir, nous multiplions les actions pour que la commune bénéficie des services indispensables au bien-être de ses habitants. Par exemple, un projet de caserne de pompiers civils est en cours avec le soutien du Canada, et on prévoit la mise en place d’une structure d’ambulanciers pour les évacuations d’urgence…
Nous avons aussi décidé d’embellir les trottoirs et les grandes artères, de faire des plantations pour avoir de larges avenues ombragées (comme à Beverly Hills), de mettre l’accent sur la propriété pour mieux assurer la tranquillité des citoyens, tout en déverrouillant certains quartiers, où les habitants s’étaient barricadés en fermant des voies, ce qui a créé des embouteillages interminables. Cocody prépare sa renaissance. Comme tout le pays.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment