07282017Headline:

Meeting de la CNC à Yopougon, la place Ficgayo encerclée depuis hier par la police

CNC

Meeting avorté de la CNC à Yopougon – Et pourtant un plan de sécurisation avait été adopté
La CNC n’a pu tenir son meeting décidé par la conférence des présidents de cette structure mercredi dernier. La place Ficgayo a été encerclée depuis le milieu de la nuit, la veille. Les forces de l’ordre ont ainsi empêché le placement des bâches et podium. Si tôt le matin, les policiers et gendarmes s’étaient simplement dressés en sentinelles tout autour de l’espace Ficgayo, vers 9h30, ils ont décidé de charger avec les attroupements qui prenaient de l’ampleur aux alentours, du côté des restaurants. C’est un renfort de la brigade anti-émeute qui a fait le boulot avec des hommes très excités et dévoués à la tâche. Ils ont demandé aux militants de la Cnc de dégager tout le périmètre à plus de 100 m de Ficgayo. Cette exigence ‘’de trop’’ a mis le feu aux poudres puisque la montée de colère du côté des militants a provoqué des manifestations spontanées de rue. Toute la rue princesse a été coupée en quelques minutes avec des barricades. Idem pour la voie qui relie le Collège Ponty à la mairie de Yopougon Selmer. Certaines barricades ont été enflammées provoquant une debandade généralisée. Ces mouvements ont été vite maîtrisés avec les renforts de police.
Comment en est-on arrivé là ?
De l’avis des organisateurs, les demandes ont été régulièrement faites aux autorités municipales et un plan de sécurisation a même été concocté en présence des responsables des forces de sécurité. Gnaoulé Oupoh, l’organisateur en chef a participé à ce travail qui s’est déroulé toute la nuit au ministère de l’Intérieur, avons-nous appris de nos sources. Toujours selon l’un des organisateurs, ce n’est qu’à quelques heures de l’événement qu’une réponse de la mairie tombe pour les dissuader. Raisons évoquées : les débordements lors de la récente marche (10 septembre) de la Cnjc, la jeunesse de la Cnc. Le professeur Gnaoulé Oupoh est arrivé en personne à la place Ficgayo vers 10 h. Certainement au courant du refus de la mairie, il a, par ses relais, demandé aux jeunes de quitter la place et de ne pas céder à la provocation des policiers.
Il a tenu une réunion de crise avec les autres organisateurs et des cadres de la Cnc qui étaient déjà présents à Yopougon. Rappelons que la Cnc a déjà organisé un premier meeting sur ce même espace sans le moindre grabuge. Pour les organisateurs, le meeting de ce samedi devait servir à mobiliser ses troupes en faveur d’une élection transparente et apaisée.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment