07232017Headline:

Mésentente au RHDP: Guikahué à Bacongo: «En 2020, le PDCI aura son candidat»

Pr Guikahué, depuis Diabo, répond à Cissé Bacongo: «En 2020, le Pdci ne peut pas faire l’économie d’un candidat, ce n’est pas possible…»

Le Pdci va mal, dans la délégation départementale de Diabo, comprenant: Languibonou, Klofouèssou, Botro, et Diabo. Ce, du fait de la mésentente qui y règne en maître entre les cadres. Ce qui a entrainé la victoire aux législatives d’un indépendant, Yao André face au délégué Diby Kouassi. Dimanche 19 et lundi 20 mars, à la mairie de Diabo, l’abcès a été crevé en présence du Secrétaire exécutif en chef, Pr Maurice Kakou Guikahué qui avait à ses côtés M. Kouamé Kra Joseph, membre du Secrétariat exécutif.

En effet, le délégué Diby Kouassi qui, dimanche 19 mars, a eu droit à sa dose de récriminations, a mis le pied dans le plat. Il a accusé au passage des doyens de Diabo, notamment la complicité entre le doyen Kouamé N’Sikan et le doyen Yobouet Lazard : «Je ne suis pas le seul délégué à perdre les élections. Mais la haine et la jalousie de personnes qui ont une petite portion de pouvoir personnel est immense ici ». Kpadjalika, comme on l’appelle à Diabo, a poursuivi pour dire qu’«on m’accuse de toute part. J’aime l’humilité, mais je n’aime pas l’humiliation, je ne suis pas égal à zéro. J’ai ma petite valeur que Dieu m’a donnée … On ne peut cacher le soleil avec les 5 doigts de la main, le doyen N’sikan y est pour quelque chose. Demandez aux gens, c’est lui qui fait les cadres et c’est lui qui les fait « tomber ». Il l’a confessé même à quelqu’un qui me l’a rapporté… En tant que député, je ne pouvais pas m’exprimer… J’ai perdu mais je dis merci à N’sikan, car la charge qu’il a déposée sur ma tête, c’était pour me noyer. Il me disait quand il me positionnait que le poste de député fait dépenser, mais qu’il allait me soutenir, mais après ce sont des coups bas dans mon dos… ». Enfin, il dira que : « Je serai toujours là pour les appuyer, je n’abonderai pas. Je demander au Pdci d’aider le délégué. Nous devons semer la graine de l’union, de la fraternité, mais sur la vérité… Pardonnez-moi pour mes erreurs. Nous avons perdu certes, mais nous avons gagné, parce que celui qui est élu est du Pdci. Il est mon « fils », je lui souhaite bon vent ». Yobouet Lazard qui a pris la parole a relevé que le délégué a dit beaucoup de choses. Mais, sans vouloir se prononcer en public, il a demandé une réunion de 5 minutes en aparté avec le Secrétaire exécutif et sa délégation. Le Secrétaire exécutif, Kouamé Kra, a demandé que les militants pardonnent au délégué et qu’il n’y ait pas d’amalgames avec son ancienne fonction de député. «Il est le représentant du président Bédié, ici. Il ne faudrait pas que cette affaire de député entache sa fonction de délégué. Les secrétaires de section doivent lui accorder leur soutien. Si ça ne va pas, vous pouvez l’interpeler à travers l’inspecteur du parti… ».

Pr Guikahué, depuis Diabo, répond à Cissé Bacongo: «En 2020, le Pdci ne peut pas faire l’économie d’un candidat, ce n’est pas possible…»

Après avoir pris bonne note des plaintes et récriminations, Pr Maurice Kakou Guikahué, a annoncé une grande rencontre sur le cas de Diabo. «On va faire une vraie réunion à Abidjan sur Diabo. A Diabo, quand quelqu’un s’exprime, c’est mal pris et c’est ça le problème de Diabo. Quand il y a eu l’Appel de Daoukro et après le choix du candidat à la présidentielle, en 2015, Yobouet Lazard a parlé. Ça a compté ici. Donc, il y a à Diabo des pros-Appel de Daoukro et des contres Appel de Daoukro. Ici le Pdci est divisé en 2, cela dépasse le délégué. Le problème de Diabo est national, c’est à Abidjan qu’on va régler ça » a-t-il révélé. Guikahué a fait remarquer que «le député indépendant élu a eu 3252 voix et le candidat perdant a eu 3077 voix. Ça veut dire que les 2 blocs qui se battent se tiennent à quelques voix près». Fort de cette réalité et de bien d’autres, il a poussé un cri du cœur : «Le Centre doit être notre matelas. Dans tous les pays du monde, les partis ont des bastions. Notre bastion, est le Centre… et puis on va compléter avec des voix ailleurs. Mais si on ne peut plus compter chez nous, où on va ? … Mes amis, c’est d’abord, le Centre, mais si le Centre me fuit, je vais être Secrétaire exécutif pourquoi? Regardez, à Dimbokro, c’est maintenant l’Udpci, Toumodi sous-préfecture, Udpci et l’Upci ont gagné quelque part à côté de vous ici. Si vous ne faites pas attention, ils vont s’étendre. Notre bastion est percé, il n’est plus vierge…. ». En ce qui concerne le d ébat sur l’alternance, il dira : « Laissez ça, ça vous perd le temps. Utilisez le temps de répondre aux gens pour recenser des électeurs. Souvenez-vous seulement que le Président Bédié a dit: «2015, c’est le Rdr, 2020, c’est le Pdci». En 2020, le Pdci ne peut pas faire l’économie d’un candidat, ce n’est pas possible, sinon, on n’est plus un parti politique. Soyez tranquilles, on travaille, on doit travailler les outils pour que les autres partis du Rhdp, nous aident. Le Pdci a de l’avenir, c’est un parti ancien et non un vieux parti. C’est le seul parti en Afrique qui a subi un coup d’Etat et qui existe encore. Ne faites pas palabres à nos frères du Rdr qui disent qu’ils ne sont pas d’accord pour 2020. Ce qui se passe en ce moment, c’est humain et s’ils disent ce qu’ils disent, ça doit plutôt vous galvaniser ». En tout état de cause, le Secrétaire exécutif du Pdci a indiqué que le groupement politique est toujours d’actualité et que le Pdci y travaille aux côtés du Rdr et des autres partis houphouétistes. Car, il faut un Pdci fort, un Rdr fort pour aller loin. Il a aussi demandé aux militants de continuer à soutenir l’action gouvernementale.

Sercom PDCI avec DS (Le Nouveau Réveil)

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment