01242017Headline:

MFA:Liste des radiations et suspensions -Anaky traduit Moutayé et la dissidence en justice

anaky kobenan

Le conflit qui oppose la dissidence du Mouvement des Forces d’Avenir, (MFA) dirigée par le ministre Anzoumana Moutayé et le président fondateur de cette formation politique, Innocent Anaky Kobena a pris de nouvelles tournures.

Le directeur de cabinet du président déchu, Kaba Lamine était ce vendredi après midi face à la presse où il a annoncé que son patron a porté plainte contre ses anciens camarades en vue de l’annulation du congrès extraordinaire qui a porté le ministre Moutayé à la tête de cette formation politique.

Ce dernier a affirmé que le premier procès a eu lieu ce jeudi matin au tribunal de première instance du Plateau.

Kaba Lamine a par ailleurs précisé que bien qu’ayant été convoquée par voie d’huissier, la dissidence a brillé par son absence à ce premier rendez vous de justice.

“Ce jour jeudi 11 juin 2015 à 9h00 s’est ouvert au tribunal de Première Instance d’Abidjan Plateau, un procès qui oppose la Direction du Mouvement des Forces d’Avenir en abrégé MFA à une dissidence interne conduite par Monsieur Moutayé Anzoumana actuel ministre de l’Entreprenariat national, de la Promotion des PME et de l’Artisanat,” a déclaré le porte parole en second du MFA, Dongo Virginie qui co animait cette conférence de presse avec le Directeur de cabinet.

En attendant la seconde audience prévue le 25 juin prochain, Kaba Lamine a indiqué que la première a statué sur la forme du dossier.

Il a enfin révélé à la presse que le fondateur du MFA, Anaky Kobena demeure toujours président puisque la dissidence n’a pas déposé un acte au cabinet du ministre d’Etat ministre de l’intérieur et de la sécurité pour signifier sa démission.

Wassimagnon, Abidjan

Source: Koaci.com
_________________

Moutaye Anzoumana, Fofana Yaya et Yeboua Atta radiés du MFA, 8 suspensions

Conférence de presse Co-animé par :

– Madame DANGO VIRGIN Porte parole en second du Parti ;

– Monsieur KABA LAMINE directeur de cabinet du Président du Parti ;

– Maitre TOURE Avocat à la cour.

Ce jour jeudi 11 juin 2015 à 9h00 s’est ouvert au tribunal de Première Instance d’Abidjan Plateau, un procès qui oppose la Direction du Mouvement des Forces d’Avenir en abrégé MFA à une dissidence interne conduite par Monsieur MOUTAYE ANZOUMANA actuel ministre de l’Entreprenariat national, de la Promotion des PME et de l’Artisanat.

Voici les faits :

Conformément au courrier adressé à Monsieur le Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité et de l’Administration du Territoire, le MFA a tenu un Bureau Politique le 26 Mars 2015 au domicile de son Président Monsieur Innocent ANAKY KOBENA à la Riviera 3. La lecture des résolutions finales prévue pour 17 heures au siège du Parti devant la presse, n’a pu avoir lieu car l’aile dissidente du parti occupait les lieux avec à leur tête Messieurs MOUTAYE ANZOUMANA, ATTA YEBOUA et OUATTARA SIAKA.

Cette dissidence était en pleine conférence de presse sous la protection impressionnante de plus de 100 agents de la Police Nationale et avec la présence très remarquée de la Télévision Nationale. Au cours de cette conférence de presse, Monsieur Moutaye Anzoumana s’est auto – proclamé nouveau Président du MFA et a appelé à l’organisation d’un congrès extraordinaire le dimanche 12 avril 2015 à l’hôtel du Golf. Les jours précédent cette date, des spots télévisés annonçant l’événement ont été relayés par la Télévision Nationale.

A l’issue de ce prétendu Congrès extraordinaire organisé par ses soins, Monsieur MOUTAYE ANZOUMANA a été élu comme président prétendu du MFA.

Relativement à ces faits, la Direction légitime du MFA, conduite par son Président Monsieur ANAKY KOBENA, a saisi le tribunal de première Instance d’Abidjan Plateau le 11 juin 2015 en annulation d’un congrès extraordinaire.

La haute direction relève les faits suivants :

1- D’après les statut du MFA, en leur article 17 alinéa 3, le congrès peut se réunir à tout moment en session extraordinaire, soit à l’initiative du Président du Parti, ou soit à la demande commune des deux – tiers (2/3) des sections, des délégués départementaux et communaux et des délégués régionaux.
Ces deux conditions n’ont aucunement été respectées par la dissidence lors de l’organisation de leur congrès fantoche du 12 avril 2015.

2- L’organisation d’un congrès extraordinaire du MFA selon l’article 13 du règlement intérieur demande que le Président du congrès adresse les convocations aux membres statutaires au moins quarante cinq (45) jours avant la date fixée pour le congrès. Cette convocation peut se faire par voie de presse ou par courrier individuel adressé à chacun des membres. Le Président du congrès est élu à la majorité absolue des membres du Bureau Politique et ce au moins trois (03) mois avant la tenue du congrès.
Annoncé le 26 mars 2015, le congrès de la dissidence s’est tenu le 12 avril 2015 au mépris des règles en vigueur au MFA. Les délais imposés par l’élection du Président du congrès avant la tenue d’un congrès n’ont donc eux aussi, pas été respectés. Il n’y a donc eu en tout et pour tout, que 17 jours au lieu du minima de 45 jours imposés par les Statuts et le règlement intérieur.

3- Selon l’article 15 du règlement intérieur du parti, en cas de décès, de démission ou d’empêchement absolu, l’intérim du Président est assuré par le vice président du Parti selon l’ordre numérique. Le 26 Mars 2015, en tentant de suspendre même illégalement Monsieur ANAKY KOBENA de ses fonction de Président, l’aile dissidente devait, pour se conformer un temps soi peu au règlement intérieur du Parti, constater que celui-ci :

– Soit décédé;

– Eu démissionné;

– Ou avoir un empêchement absolu d’exercer sa fonction.

De plus, au cas où nous aurions été, même, dans ces cas de figure (décès, démission, incapacité absolu), l’intérim du Président aurait due être assurée par le premier vice président en lieux et place de Monsieur MOUTAYE ANZOUMANA, alors seulement 2ième vice président.

4- Messieurs MOUTAYE ANZOUMANA, KPANGNI SIMEON, DJAHA KONAN, TOURE MOUSSA, JUDICAEL N’GUETTA, KARAMOKO VACANTIE, FIENI KOUAKOU, YEBOUE ATTA, OUATTARA SIAKA et Madame MASSANDJE CHERIF étaient sous le coup d’une suspension de la haute Direction du Parti depuis le 08 Avril 2015. Cette décision a été proposée et validée dans un premier temps par le Bureau Politique du 26 mars 2015 (celui organisé sous la direction du Président ANAKY KOBENA), avant d’être par la suite entérinée par le Conseil de Discipline le 08 avril 2015.

Dans l’attente du prochain congrès devant confirmer leurs radiations et par respect pour le règlement intérieur en son article 3, la haute Direction du Parti a officiellement écrit individuellement aux personnes citées plus haut le 10 avril 2015 pour leur signifier la perte de leur qualité de membre du Parti. (Temporairement pour les uns et jusqu’au prochain congrès pour les autres)

Sur la base de ce qui précède, force est de constater que le respect du statut et du règlement intérieur du parti n’a pas du tout été la préoccupation de cette dissidence. En aucun cas, le respect de la procédure par Monsieur MOUTAYE ANZOUMANA et ses acolytes, n’a été suivi tant au niveau de l’intérim assumé par ce dernier après leur prétendu Bureau Politique que dans les conditions d’organisation de leur congrès fantoche. Il est donc clair que toute décision issue d’une telle manifestation ne peut être valide puisque le faux a été fait du début à la fin.

A l’issue de cette première séance nous sommes confiants et avons la foi en notre victoire. Nous savons que le droit sera dit en notre faveur car nous sommes dans la vérité. Nul ne peut cacher le soleil avec sa main.

Nous vous remercions.

Radiatons

1-MOUTAYE ANZOUMANA

2-FOFANA YAYA

3-YEBOUA ATTA

Suspensions

1-FIENI KOUAKOU

2-N’GUETTIA JUDICAËL

3-SANON MARCEL

4-DJAHA KONAN

5-KPANHI SIMEON

6-MASSANDJE CHERIF

7-KARAMOKO VACANTIE

8-TOURE MOUSSA

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment