02252024Headline:

Modernisation de la Justice: Les États-Unis décaissent 1,3 milliard De Fcfa

La coopération ivoiro-américaine se porte bien. En témoigne le soutien financier apporté, hier, par les États-Unis à la Côte d’Ivoire pour la modernisation de son système judiciaire. En effet, Washington, par le biais de sa sous-secrétaire d’État chargée de la sécurité civile, de la démocratie et des droits de l’Homme, Uzra Zeya a décaissé 2 millions de dollars, soit 1, 3 milliard de F Cfa pour renforcer les capacités des institutions de justice de la nation ivoirienne. Cet engagement du pays le plus puissant du monde, à assister le gouvernement ivoirien dans cette réforme judiciaire, s’inscrit dans le cadre d’un projet devant être piloté par le Programme des nations unies pour le développement (Pnud). La Représente résidente de cette organisation en Côte d’Ivoire, Carol Flore Smereczniak, pour la mise en œuvre dudit projet, a signé, dans les locaux du ministère de la Justice et des Droits de l’Homme, au Plateau, une convention avec le Garde des Sceaux, Sansan Kambilé.
Uzra Zeya a fait savoir que cette initiative de son pays contribuera à prévenir les conflits et à consolider la stabilité. Elle a rappelé que la semaine dernière, le secrétaire d’État Blinken avait annoncé un financement supplémentaire pour la Côte d’Ivoire et l’ensemble de la région dans le cadre de cette importante stratégie. « Ce projet permettra notamment de mettre en place un système de formation des magistrats conforme aux normes internationales, d’améliorer l’administration et le fonctionnement des tribunaux afin de mieux servir les communautés, et d’aider les institutions judiciaires à faire respecter le droit à un procès libre et équitable. Ce travail important comprend également la numérisation des affaires judiciaires grâce à un système de gestion des affaires basé sur la téléphonie mobile – une première en Afrique de l’Ouest côtière francophone », a-t-elle informé. Avant de spécifier que ce projet a été conçu en tenant compte des priorités stratégiques. « Dans le plan de développement national de votre gouvernement pour la période 2021-2025, vous avez défini quatre objectifs que ce projet vise à appuyer : réduire la surpopulation carcérale ; moderniser le secteur de la justice grâce à des applications numériques ; améliorer l’enseignement du droit pénal ; et mettre pleinement en œuvre la réforme du code pénal de 2018 », a-t-elle porté à la connaissance du ministre Sansan Kambilé.
La sous-secrétaire d’État chargée de la sécurité civile, de la démocratie et des droits de l’Homme a souhaité que cette initiative soit une réussite afin qu’elle serve de modèle en Afrique de l’Ouest côtière, et au-delà. « La réussite d’efforts comme celui-ci permettra à la Côte d’Ivoire de devenir un leader régional en matière de sécurité civile, de justice, d’État de droit et de gouvernance », s’est-elle convaincue. La Représentante-résidente du Pnud, Carol Flore Smereczniak a, pour sa part, déclaré que ce projet de modernisation des institutions judiciaires ivoiriennes s’étend sur une période initiale de 3 ans et permettra de renforcer le système de formation des juges et des aspirants juges, à soutenir les efforts d’amélioration de l’administration et du fonctionnement des tribunaux et à appuyer la mise en place des dispositifs législatifs et règlementaire pour renforcer l’efficacité des institutions judiciaires.

Le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme Sansan Kambilé a, quant à lui, indiqué que cette convention arrive à point nommé pour renforcer l’État de droit et l’accès à la justice pour tous. Il a ensuite promis de prendre toutes les dispositions en vue de mettre en place les instances de gouvernance et de gestion du projet, à savoir le comité de pilotage et le comité technique, afin d’en assurer la bonne exécution.

What Next?

Related Articles