11162018Headline:

Moronou – Régionale 2018: Le camp Affi cogne fort, « Nous sommes choqués par les accusations de Mme Aka Veronique».

Pr Tanoh Kassi Pascal, directeur régional adjoint de campagne du candidat Affi chargé du scrutin lors des régionales dans le moronou, a répondu aux allégations de séquestration du président de la commission électorale (CEI) régionale Moronou, proférées par Mme Aka Véronique la candidate malheureuse à l’issue du scrutin régional du samedi 13 octobre dernier.

La direction de campagne de Pascal Affi N’guessan, candidat déclaré vainqueur à l’issue des resultats provisoires des élections régionales 2018 dans le Moronou, balaie du revers de la main les accusations proférées par la présidente sortante du Conseil régional, Mme Aka Véronique.

Cette dernière avait, ouvertement, accusé le camp Affi de « braquage électoral », et de « séquestration » du président local de la Commission électorale indépendante (Cei), dans le Moronou. « Comment peut-on séquestrer un homme en présence du commissaire de police et du commandant de brigade de la gendarmerie de gendarmerie ? », s’est interrogé le Pr Tanoh Pascal.

A l’en croire, M. Assiélou, président local de la CEI, serait, lui-même, passé aux aveux, après s’être senti découvert dans sa tentative de « fraude ». Il a ajouté que ces aveux ce sont fait en présence des premiers responsables de la police et de la gendarmerie de cette localité. « M. Assiélou est passé aux aveux devant le commissaire et le commandant de brigade, il n’était donc pas séquestré. C’est parce qu’il s’est senti découvert dans la fraude et dans la corruption qu’il est passé aux aveux avant de publier les vrais résultats », a-t-il retorqué.

Poursuivant, M. Kassi s’est dit choqué par ces accusations qu’il juge non fondées, de la présidente Aka Véronique. Avant de l’accuser formellement d’être à l’origine des fraudes et autres tentatives de corruption des responsables locaux de la CEI. « Je suis donc choqué par la déclaration de Aka véronique qui accuse Affi de braquage électoral, alors que c’est elle-même qui a tenté de corrompre toute l’administration électorale de Bongouanou, à commencer par le président de la CEI régionale », a-t-il asséné.

Faut-il rappeler, M. Adjaratou, superviseur régional de la CEI dans le Moronou, s’était publiquement excuser devant les autorités administratives, policières et le candidat du FPI, au sujet des résultats falsifiés que lui auraient transférés ses collègues et qui donnaient vainqueur la candidate du PDCI. « C’est maintenant que mes collègues m’ont fait savoir que les résultats qu’on m’a donnés étaient des faux résultats. Ils ont été bipés et la machine a été bipée. Par qui? Je ne sais pas, mais ma hiérarchie m’a demandé de mener des enquêtes, donc j’ai informé ma hiérarchie de ce qui s’est passé, et elle a demandé que le coordonnateur régional donne les vrais résultats », avait-il avoué dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, le dimanche 14 octobre dernier.

Jean Kelly Kouassi

koaci.com

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment