10212017Headline:

Mouvement d’humeur/ Qui sont les 2600 soldats de l’armée ivoirienne qui persistent : « Nous allons agir »

Suite à notre article du vendredi 30 juin dernier, relatif à un probable mouvement d’humeur des 2600 soldats de l’armée ivoirienne, leur délégué principal, caporal Koné monte au créneau, mardi 4 juillet 2017, pour faire des précisons.

« On a commencé à nous organiser au niveau national. Très bientôt, nous allons agir. Nous n’allons pas baisser les armes tant que notre problème n’est pas résolu. Ceux qui seront en face n’ont qu’à être prêts ! », a mis en garde le caporal Koné par téléphone.

Qui sont les 2600 soldats ?

Selon le caporal Koné, ce contingent constitué des Eléménts de l’armée nouvelle (EAN) venus du Nord et les Agents de sécurité (ADS) a intégré l’armée en 2009-2010.  Formés à l’Ecole des Forces Armées (EFA) de Bouaké par des mercenaires Burkinabé pour destabiliser le régime Gbagbo, poursuit-il, d’autres ont été recrutés à Abidjan, par  vague de trois. A leur entrée à Abidjan, 72 d’entre eux seront démasqués et exterminés par les forces loyalistes. Une fois à Abidjan, raconte-t-il, la majorité intègre le commando invisible. Les autres sont repartis partout à Abidjan. Notre source révèle que les rassemblements des ex-rebelles se faisaient dans la cour de la toute première dame ivoirienne, Marie Thérèse Houphouet Boigny à Cocody avant d’aller frapper les différents postes.

La pomme de discorde

Lors de ce rassemblement, devant les combattants venus de toutes les régions, le Commandant Issiaka Ouattara alias Wattao, actuel commandant de la garde républicaine prend la parole et promet 5 millions Frs Cfa et une villa à chaque combattant. Des primes qui devaient être payées après l’assaut final. Le délégué se dit surpris de constater que depuis janvier 2014, son unité n’a rien reçu en termes de primes contrairement au contingent des 8400 et des Forces Spéciales. Pis, ils ne sont nullement reconnus par la hiérachie militaire qui réjette la question de leurs grades. Leur colère se décuple lorsque deux d’entre eux sont arrêtés. « Le ministre devait nous rencontrer. Le mardi 20 juin, le général Koné Mambi nous rencontre en présence de plusieurs unités dont nous faisons partie. Il fait des promesses et rendez-vous est pris pour la semaine prochaine. Dans l’attente, on enlève nos amis Caporal Traoré Siaka du Groupement des Sapeurs Pompiers Militaires et Camara Mory de Bouna. », regrette-t-il.

Aux Ivoiriens las de ces mouvements d’humeur, notre source répond que les 2600 soldats ne sont pas les responsables car reclamant simplement leurs droits c’est-à-dire les mêmes avantages que les Forces spéciales dont il dit être de la même promotion.

imatin

 

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment