07212018Headline:

Municipales et régionales dans les Grands ponts: Une grosse bataille se prépare…

À mesure que les échéances électorales approchent, des groupes se forment et les esprits s’échauffent entre les candidats dans la région des Grands Ponts. Les fauteuils de Gabriel Yacé pour la régionale, de Joachim Beugre, maire de Jacqueville et de Sess Soukou Mohamed, maire de Dabou, sont menacés. Pour résister à « l’orage », chacun manœuvre. Une véritable guerre de titans fait rage dans cette région.

C’est une guerre ouverte entre les différents candidats, alimentée par les campagnes de dénigrement et la formation des alliances parfois contre nature. L’objectif pour certains challengers est de déstabiliser l’adversaire et de lui ravir son fauteuil.

De fait, au niveau du Conseil régional des Grands ponts, si les choses étaient roses en avril 2013, avec la victoire sans bavure de Gabriel Yacé, le jeu semble ne pas être aisé pour lui aux échéances prochaines. Ces alliances d’hier sont devenues caduques et de nouveaux acteurs sont dans l’arène. Le fils de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Philippe Yacé, doit affronter trois autres candidats de taille, à savoir Nomel Agnmel, Pr. Sess Daniel et Labme Jean, ce dernier étant son ex-Vice-président. On lui reproche le manque de sincérité et ses engagements non tenus envers ses populations. Ce que démentent les proches de Gabriel Yacé.

Certains candidats seraient prêts à créer des ralliements pour faire tomber Gabriel Yacé. C’est le cas de Nomel Agnmel qui semble bénéficier des soutiens des cadres, des générations mais surtout des patriarches de la région. Visiblement secoué et lâché par ses anciens dont l’ex-ministre René Diby, Gabriel Yacé multiplie, de son côté, mène des opérations de charme dans les villages, à travers parrainages et dons aux jeunes et aux femmes. Mais cela suffira-t-il à le maintenir ? C’est la question.

Au niveau des municipales, la course s’annonce infernale.

A Grand Lahou, la mort de Djaya Jean (ex-député maire), sonne comme une véritable levée de boucliers pour les candidats. Plus de 15 candidatures sont déjà annoncées. Il s’agit de celles de Gnangni Daniel, le président du conseil d’administration (Pca) de la Petroci, Jean Papa Nouveau, Bombo Serge et bien d’autres. C’est sûr que les campagnes et les alliances ne manqueront pas d’intérêt.

À Dabou, le fauteuil du maire sortant, Ben Souk, est très convoité. Six candidats manœuvrent dans l’ombre pour le déloger. Il s’agit, entre autres, de Betey Amari Pierre, son 3ème adjoint, et de De Niagne Claude. Pour les contre-carrer, Ben Souk compte sur des poids de taille, notamment le nouveau sénateur, Memel Félix, et la génération de Bodjl. Il manœuvre afin de s’assurer de leur soutien.

Mais c’est à Jacqueville que le décor est plus agité. Avec l’ouverture du pont, les activités de développement de la cité balnéaire suscitent beaucoup d’intérêts. Du coup, le journaliste-maire sortant, Joachim Beugré, est dans la ligne de mire des candidats. Quatre candidats entendent dresser l’échine contre l’ancien Directeur de cabinet du ministre Amon Tanoh. Il s’agit de Yves Davouss, jusque-là inconnu sur l’échiquier politique, départemental, et surtout Anem Doukoua Adolphe, ex-2ème adjoint au maire. L’on murmure que ces candidatures seraient encouragées par Gabriel Yacé qui reproche à Joachim Beugré, de rouler pour son adversaire de taille, Nomel Agnimel. Prenant en compte la teneur des enjeux et des tentatives de déstabilisation, Joachim Beugré contre-attaque en multipliant les stratégies. Il s’est récemment rallié au jeune candidat Joachim Boni, et tisse des alliances très fortes avec les fonctionnaires et anciens cadres du département. Aussi, compte-t-il sur les réalisations de sa mandature, pour mieux ébranler ses adversaires.

C’est dire que la bataille électorale dans les Grands ponts ne manquera pas de piment.

 

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment