01162017Headline:

Mutinerie en Côte d’Ivoire/ Comment l’armée va déboulonner Ouattara ?Explications

Jamais deux sans trois. Novembre 2014, janvier 2017, l’armée mexicaine, pardon ivoirienne vient à nouveau de paralyser le pays envoyant du coup un signal fort au Président Ouattara, désormais sous la menace d’un coup d’Etat dans l’indifférence totale des Ivoiriens.

Château de sable

Le régime ivoirien est-il un géant aux pieds d’argile ? Tout porte à le croire à en juger par la vitesse déconcertante avec laquelle les différentes casernes du pays tombent entre les mains des soldats insurgés. Le ton donné par le 4ème bataillon d’infanterie militaire de Bouaké dans la nuit du jeudi 5 janvier dernier, l’onde de choc a essaimé tout le pays.

Abandon de postes

Oui à toutes les revendications des mutins y compris les plus sordides. C’est désormais la seule voie pour faire entendre raison aux insurgés. D’autant plus qu’aucune résistance n’empêche leur évolution à chaque fois. La chaine de commandement et de décision de l’armée ayant été rompue, les militaires ont toute la latitude de dialoguer directement avec le chef de l’Etat. Que peuvent donc les autres forces républicaines ? Les policiers n’ont eu autre choix que de déserter les commissariats et laisser les mutins libérer les repris de justice.

L’indifférence des Ivoiriens

« S’ils veulent Ouattara, qu’ils aient au palais présidentiel et qu’ils nous laissent tranquille. On a faim et on est fatigué de tout ça », a-t-on entendu de nombre d’Abidjanais las des coups de fusil. « C’est entre eux (Ouattara et ses hommes Ndlr)», soutiennent ceux qui ont de tout temps vomi le régime d’Abidjan. En effet, beaucoup d’Ivoiriens ne se reconnaissent en ce régime féru du matraquage médiatique. La croissance à deux chiffres aux lèvres des dirigeants a laissé place à l’amertume des populations qui ne ressentent point ses effets. A cela s’ajoutent les mesures impopulaires qui n’ont fait que provoquer une vague de réprobation. Hausse des factures de l’électricité, réforme de la retraite des fonctionnaires… Au niveau sociopolitique, l’échec de la réconciliation nationale marqué par l’emprisonnement des leaders de l’opposition décuple la colère de leurs militants et sympathisants. « De quoi Ouattara a peur ? Il est à son second mandat. Il ne rentrera pas dans l’histoire s’il ne libère pas Gbagbo et son épouse Simone ainsi que tous les prisonniers politiques », confiait Gnangbo Kacou, ex-député d’Adiaké, Assinie et Etuéboué. La réaction subséquente d’une frange de la population reste donc la passivité.

Le feu du mécontentement couvre

Autre foyer de tension, les fonctionnaires et agents de l’Etat annoncent une grève de 5 jours à partir de ce lundi 9 janvier. « Si en 48 heures, les militaires ont eu gain de cause, pourquoi pas nous », a fait savoir Abonga Jean Yves, porte-parole de l’intersyndicale des fonctionnaires de Côte d’Ivoire (IFCI) aux confrères de Soir Info. A juste titre, depuis le préavis de grève déposé en décembre 2016, c’est en janvier 2017 que le gouvernement réagit en les invitant à un séminaire en février prochain. Paiement du stock des arriérés, revalorisation salariale indemnitaire… sont entre autres les revendications de fonctionnaires. Les planteurs veulent également entrer dans la danse en raison de la chute des prix du cacao sur les marchés mondiaux. En somme, la 3ème République est déjà sur des braises. Une épine est certes enlevée des pieds de Ouattara. Mais rien n’est encore décanté. L’épée de Damoclès plane toujours sur sa tête.

imatin

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment