10202017Headline:

Mutinerie en Côte d’Ivoire: Dans le secret des négociations entre Alain Donwahi et les mutins/ce qui s’est vraiment passé

Après ces deux journées folles qui ont secoué la Côte d’Ivoire, ce lundi la vie a repris son cours normal. Mais la négociation qui a eu lieu à Bouaké entre Alain Donwahi et les soldats continuent de livrer leurs secrets.

Le ministre délégué à la Défense, Alain Richard Donwahi, a été dépêché à Bouaké le samedi 7 janvier afin de tenter de ramener les mutins à la raison. C’est en compagnie d’Issiaka Ouattara dit Wattao, Commandant en en second de la Garde républicaine que l’envoyé d’Alassane Ouattara a foulé le sol de Bouaké. Arrivé dans la deuxième ville du pays, Alain Donwahi affichait un air optimiste. « Je suis content d’arriver à Bouaké. Comme promis, nous avons prévu de discuter avec nos hommes. C’est pourquoi, je suis là avec des instructions du Président de la République pour les écouter et apaiser la situation. Nous sommes en famille, il n’y a pas de problème », a-t-il affirmé à son arrivée. Comme l’a rapporté le quotidien Le Temps dans sa parution du lundi 8 janvier 2017, les émissaires d’Abidjan se sont rendus au domicile du Sous-préfet central de la ville où étaient déjà le Préfet de région, le maire Djibo Nicolas, Mgr Paul Ahouana, l’Imam de la grande mosquée de Bouaké et d’autres personnalités. A en croire le confrère, Alain Donwahi s’est entretenu durant 45 minutes avec ceux-ci avant l’échange entre lui et les soldats mécontents.

L’échange aurait duré plus d’une heure. Alain Donwahi, s’adressant aux journalistes, s’est réjoui d’annoncé que les négociations ont abouti. Issiaka Ouattara (non pas Wattao), porte-parole des mutins, lui a emboité le pas. L’homme a d’ailleurs affirmé que les corridors seront libérés d’ici peu et les véhicules réquisitionnés remis aux propriétaires.

Des murmures subsistent…

Au moment où l’on croit que le problème est définitivement résolu, des voix s’élèvent pour dénoncer l’accord qui vient d’être trouvé. Une partie des mutins n’a rien voulu accepter. Les soldats restés dans la cour ont bruyamment manifesté car selon eux, rien de concret n’a été proposé. Il n’était donc point question de libérer les corridors ni de rendre les voitures réquisitionnées aux propriétaires.

Toujours selon le quotidien ivoirien, le ministre délégué à la Défense leur aurait remis 5 millions francs CFA pour leur permettre de se rafraichir. Mais la contestation a continué dans les rangs des soldats.

Contents d’avoir bien remplir la mission qui leur a été assignée, montent dans leurs véhicules et prennent la direction  du portail pour quitter le domicile du Sous-préfet. Mais, ils vont vite rebrousser chemin. Dès que les gardes du corps ouvrent le portail, ils tombent nez à nez sur des hommes armés qui leur ordonnent de se retourner. Ces derniers n’hésitent pas à tirer en l’air pour montrer qu’ils sont sérieux. Immédiatement, confie le Temps, le ministre Alain Donwahi et le Commandant Issiaka Ouattara sont mis à l’abri. Les autres personnalités trouvent refuges dans des pièces de la résidence.

Le chef de file des mutins s’engage alors dans une négociation avec ses frères d’armes. Après des discussions de plus de 2 heures, il a fini par obtenir la libération des otages aux environs de 22 heures. Le ministre délégué à la Défense a finalement regagné Yamoussoukro en hélicoptère avant de rallier Abidjan la même nuit.

Avec Le Temps

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment