11282021Headline:

Nicolas Sarkosy fait partir de ceux qui ont contribué à ma chute, il a bombardé ma maison

Le président Laurent Gbagbo a profité de l’interview exclusive qu’il a accordée hier soir à la chaîne de télévision française France 24 pour solder ses comptes avec Nicolas Sarkozy. Les militants du Parti des Peuples Africains (PPA-CI) et les ivoiriens ont retrouvé leur leader dans son style direct.

Répondant à une question de Marc Pérelman sur le contentieux électoral de 2011, le Woody de Mama a précisé que l’ex président français était celui-là même qui a bataillé dur pour son départ du pouvoir en Avril de cette année là.
Lire aussi: Côte d’Ivoire: Identification, pour le MVCI, Ouattara foule aux pieds les principes élémentaires de la démocratie

« Nicolas Sarkozy fait partie de ces personnes (qui ont contribué à sa chute, ndlr) puisque c’est lui qui a bombardé ma maison. Il a envoyé les chars militaires français encercler ma résidence officielle pour me capturer comme un vulgaire malfaiteur, un malfrat. Je ne sais pas s’il voulait me tuer (…). Je ne suis pas dans sa tête ! », a-t-il précisé.

Avant d’ajouter « je me suis demandé que vient faire la France dans une affaire de contestation électorale en Côte d’Ivoire (…) ».
Lire aussi: Référendum 2016/ Grabuge à l’EPP Sicogi 2 de Yopougon : le matériel électoral saccagé dans 8 bureaux de vote sur les 9 que compte ce centre

L’ex prisonnier de Scheveningen n’a pas manqué de jeter une pierre dans le jardin de l’actuel président français Emmanuel Macron en bisbilles avec le Mali.

Selon lui, le temps des bases militaires français dans les pays africains est dépassé.

L’ex président français Nicolas Sarkozy est empêtré dans des affaires judiciaires dans l’Hexagone où une injonction d’amener a été prise contre lui s’il refuse de se présenter devant les tribunaux, de son gré.
Lire aussi: La police ivoirienne lance un appel à témoins contre un violeur en série

En conclusion de son propos, le Président Laurent Gbagbo a rappelé son optimisme: « de toutes les façons, on avance et je sais avancer ».

A.K.

Comments

comments

What Next?

Related Articles