06132024Headline:

Nigeria : Tinubu défend la fin de la subvention des carburants

Le président nigérian Bola Tinubu a défendu mercredi la décision prise la semaine dernière par le pays d’Afrique de l’Ouest de cesser de subventionner le carburant, une mesure qui a fait grimper les prix des transports et des produits de base.

M. Tinubu a appelé à la patience alors que des millions de citoyens sont confrontés à des difficultés économiques supplémentaires. L’argent économisé grâce à la suppression de cette subvention vieille de plusieurs décennies contribuera aux efforts du gouvernement pour lutter contre la pauvreté et mettre en œuvre d’autres initiatives, a-t-il déclaré aux gouverneurs lors d’une réunion à Abuja, la capitale du Nigeria.

“Nous pouvons voir les effets de la pauvreté sur les visages de nos concitoyens. La pauvreté n’est pas héréditaire, elle vient de la société. Notre position est de mettre fin à la pauvreté”, a déclaré M. Tinubu dans un communiqué de la présidence nigériane.

Les gouverneurs ont soutenu la suppression de la subvention et ont promis de collaborer à sa mise en œuvre, selon la déclaration de la présidence.

Bien que le Nigeria soit un pays producteur de pétrole, il dépend de l’importation de produits pétroliers raffinés, dont le gouvernement subventionne le coût depuis des décennies.

Mais avec la baisse des revenus pétroliers due au vol chronique et à la diminution des investissements étrangers, le gouvernement a déclaré que les subventions aux carburants n’étaient plus économiquement viables. Il a prévu un budget de 4,4 trillions de nairas (9,5 milliards de dollars) pour les subventions en 2022, soit bien plus que pour l’éducation, les soins de santé et les infrastructures réunis.

Les analystes ont toutefois critiqué la décision du gouvernement de supprimer les subventions sans mettre en place des mesures d’incitation, en particulier à un moment où de nombreux Nigérians luttent déjà pour faire face à un taux de chômage et de pauvreté record.

L’inflation n’a jamais été aussi élevée depuis 18 ans. Les syndicats ont menacé de faire grève pour protester contre cette décision.

Les États du Nigeria ont commencé à adopter diverses mesures destinées à aider les citoyens, en particulier les travailleurs qui se rendent quotidiennement au travail. Les États d’Edo et de Kwara ont réduit la semaine de travail de cinq à trois jours. D’autres États ont déclaré mercredi qu’ils envisageaient des mesures telles que l’augmentation du salaire minimum de 30 000 nairas (65 dollars).

À Abuja et dans d’autres régions du Nigeria, l’Associated Press a constaté que les entreprises étaient confrontées à des difficultés liées à l’augmentation des dépenses en carburant pour les générateurs. Selon la Banque mondiale, 46% de la population nigériane n’a pas accès à l’électricité.

Dans l’État de Kano, centre économique du nord du Nigeria, Mahmud Mudi, chauffeur de taxi, a déclaré qu’il avait dû interrompre son activité de transport parce qu’il perdait de l’argent en raison de la hausse des prix de l’essence.

“La situation est insupportable”, a déclaré Mudi. “En tant que personne attachée à sa famille, je trouve que la suppression de la subvention sur les carburants a aggravé une économie déjà peu favorable. J’ai dû suspendre mes activités de taxi et m’en remettre à l’intervention divine.”

Rafi’atu Audi, un fonctionnaire de l’État, a déclaré qu’il était difficile de se rendre quotidiennement au travail en raison de la forte augmentation des coûts de transport.

“Les tarifs des transports ont grimpé en flèche, mais nos salaires sont restés les mêmes”, a déclaré Rafi’atu Audi. “C’est pénible (et) je ne peux plus supporter les coûts.”

What Next?

Recent Articles