02032023Headline:

Nigéria: Un pasteur organise son enlèvement pour extorquer 600 000 nairas à ses fidèles

Un pasteur basé à Jos a été arrêté par des agents du commandement de la police de l’État du Plateau, au Nigéria, pour avoir organisé son enlèvement et demandé une rançon aux membres de sa congrégation.

Le pasteur Albarka Bitrus Sukunya n’est plus libre de ses mouvements. Dans un communiqué rendu public ce mercredi, les responsables de la police de l’Etat du Plateau ont annoncé l’arrestation du religieux aux cotés d’autres complices, pour avoir extorqué 600 000 nairas à ses fidèles, suite à une série d’enlèvements qu’il aurait orchestré lui-même.

Selon les informations rapportées par la police, le religieux a été enlevé deux fois de suite en l’espace de deux semaines dans le même mois. Le 14 novembre 2022 dernier, des individus non identifiés ont appelé certains fidèles de la communauté pour réclamer la somme de 400. 000 nairas pour la libération de leur responsable. Après le payement de la somme, ces derniers ont libéré l’homme de Dieu avant de renouer avec leur forfait le 30 novembre en réclamant cette fois-ci, une somme de 200.000 nairas.

La chronologie des faits a éveillé les soupçons de quelques membres de l’église qui ont alerté la police. « Grâce à des renseignements crédibles, l’ecclésiastique a été invité par le poste de police DPO Nassarawa Gwong, CSP Musa Hassan, et une enquête a été ouverte. Selon le rapport de l’enquête, il a été conclu que le suspect avait conspiré avec son gang pour organiser son enlèvement et percevoir frauduleusement une rançon ».

« Lors de l’interrogatoire, le suspect a avoué avoir commis le crime et a mentionné les personnes suivantes comme ses complices : (1) Baruk Mailale, (2) Nathaniel Bitrus, tous deux de sexe masculin de Yelwan Zangam, village de Jos-nord et (3) Aye (nom de famille encore à connaître) ‘mâle de Jalingo, État de Taraba », peut-on lire sur le communiqué de la police.

Le suspect a en outre révélé que le 1er janvier 2023, il a incendié deux véhicules à moteur (une Mercedes Benz et une Toyota) et un vélo garés dans les locaux de l’ECWA Bishara 3 Jenta Apata appartenant à ses collègues dont il a allégué que l’un d’eux le haïssait. Il a été déposé en prison en attendant d’être présenté au procureur pour répondre de son acte.

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles