02032023Headline:

Nouvel An : le monde commence à célébrer 2023

Adieu 2022 ! Les huit milliards de Terriens célèbrent samedi le passage à 2023, laissant derrière eux une année mouvementée.

5, 4, 3, 2, 1… Bonne année ! Le décompte quelques secondes avant minuit a déjà eu lieu pour les habitants d’une partie de l’Océanie, qui ont été les premiers à célébrer le passage à l’année 2023, dans la nuit du samedi 31 décembre au dimanche 1er janvier.

Pour beaucoup, le réveillon du Nouvel An est l’occasion de chasser les souvenirs du Covid, à mesure que le virus quitte les esprits, sans disparaître pour autant.

Sydney, “capitale mondiale du réveillon”
En Australie, Sydney a été l’une des premières grandes villes à sonner le passage en 2023, reprenant son titre de “capitale mondiale du réveillon” après deux années de fermetures et de festivités étouffées par le variant Omicron.

Les frontières australiennes ont depuis rouvert et plus d’un million de personnes étaient attendues sur le port de Sydney pour assister au lancement de plus de 100 000 engins pyrotechniques. Les autorités de la ville estiment que près d’un demi-milliard de spectateurs ont regardé le spectacle en ligne ou à la télévision.

Dès la mi-journée, des centaines de personnes occupaient déjà les meilleurs emplacements pour assister au spectacle. “C’était une assez bonne année pour nous, se débarrasser du Covid, c’est super”, a commenté David Hugh-Paterson, 52 ans, installé devant l’Opéra de Sydney.

“Si on parvient à rallier tout le monde à la fête et à aborder l’année qui vient avec un optimisme et une joie renouvelés, alors on aura réussi notre coup”, a dit l’organisateur du feu d’artifices, Fortunato Foti.

De quoi trancher avec le sentiment laissé par 2022, qui a vu disparaître la reine Elizabeth II, Mikhail Gorbatchev, Jiang Zemin et Shinzo Abe.

2022, année associée au retour de la guerre en Europe
Les tout derniers jours de 2022 ont aussi vu partir deux papes aux registres bien différents : jeudi celui du foot, le Brésilien Pelé (82 ans), et samedi l’ancien chef de l’Église catholique Benoît XVI (95 ans).

Le réchauffement climatique ne s’est pas inversé, la croissance de la population mondiale non plus : le cap des huit milliards d’humains a été franchi en novembre.

Cette année a aussi rimé avec la “Grande démission”, phénomène de départ massif de salariés de leur emploi après la pandémie, avec une gifle à la cérémonie des Oscars et la ruine de milliardaires, emportés par le crash des cryptomonnaies.

Mais par-dessus tout, elle sera à jamais associée au retour de la guerre en Europe avec l’invasion russe en Ukraine.

En plus de 300 jours, près de 7 000 civils ont été tués et 10 000 blessés, selon le bureau du Haut-commissaire aux Droits humains des Nations unies.

Seize millions d’Ukrainiens ont été forcés de fuir leur foyer. Pour ceux qui restent, le quotidien est rythmé par les coupures de courant, les bombardements russes et le couvre-feu.

Le retour du Covid en Chine
En Asie, le Covid a fait un retour fracassant en Chine, pendant que la vaccination permet au reste du monde de retrouver un semblant de vie normale.

Pékin a abandonné sa politique du “zéro Covid” au début du mois, un revirement immédiatement suivi par une explosion du nombre de contaminations. Les hôpitaux, comme les crématoriums, ont beau être dépassés, des rassemblements sont prévus partout pour le passage à 2023.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles