12012022Headline:

Nouvel attentat en Somalie: «il y a trop de blessés à soigner», les hôpitaux sont saturés

Au moins cent personnes, dont des enfants, ont été tuées dans un double attentat à la voiture piégée, samedi 29 octobre, sur une artère très fréquentée du centre de la capitale Mogadiscio. Il y a également plusieurs centaines de blessés et les hôpitaux sont à la peine.

Comment prendre en charge et soigner cet afflux de blessés ? Dr Abdul Khadeer Adhen, propriétaire de la seule compagnie d’ambulance privée de Somalie, a été joint au téléphone par Céline Pellarin, de la rédaction Afrique. « Les hôpitaux de la capitale sont saturés, la situation est hors de contrôle ! Il y a trop de blessés à soigner, trop de corps de personnes décédées à prendre en charge. »

Et les soignants manquent de matériel dans des établissement hospitaliers bondés. « Je pense que malheureusement il va y avoir plus de décès parmi les victimes, les blessures causées par les explosions sont très graves. Et on peut craindre que plusieurs blessés finissent par succomber dans les hôpitaux dans les prochains jours. »

Ses équipes sont sur le terrain, mais les conditions sont difficiles. « Oui, nous pouvons travailler, mais hier l’une de nos ambulances a été touchée par les explosions. Le chauffeur et l’un des soignants qui circulaient à bord du véhicule ont été blessés. Et l’ambulance est complètement détruite. »

La lutte anti-terroriste et la réponse des shebabs
Le président Hassan Sheikh Mohamoud s’est rendu sur place ce dimanche. Cent personnes ont trouvé la mort et 300 ont été blessées, a-t-il déclaré mais le nombre de victimes continue à augmenter.

L’attaque a eu lieu au même carrefour très fréquenté où un camion avait explosé le 14 octobre 2017, tuant 512 personnes et en blessant plus de 290. C’est à ce jour l’attentat le plus meurtrier commis en Somalie.

« C’est au même endroit et ce sont les mêmes innocents » qui sont frappés, a déploré M. Mohamoud. « Ce n’est pas juste. Si Dieu veut, ils n’auront plus la capacité de perpétrer un nouvel (attentat, comme celui de Zobe) », a-t-il fustigé, en référence aux jihadistes du groupe shebab.

Illaahay idin kii, Oktoober kale ma dhicidoonto. Dalka dagaal buu ku jiraa,oo saacadan aan idin la hadlayo dagaal baa socda. Geesiyaasha Ciidamada Qalabka Sida ayaa daba jooga Khawaarijta. pic.twitter.com/a5XT4lbv97

— Hassan Sheikh Mohamud (@HassanSMohamud) October 30, 2022
Ce type d’attentat – qui n’a pas été immédiatement revendiqué – est généralement attribué par les autorités somaliennes aux militants jihadistes shebabs qui mènent régulièrement des attaques dans la capitale et les grandes villes de Somalie.

Les shebabs ont redoublé d’activité ces derniers mois. Un chef du mouvement jihadiste a été tué dans une opération militaire début octobre. Le groupe somalien affilé à al-Qaïda fait face, depuis l’élection du président Hassan Cheikh Mohamoud en septembre, à une stratégie plus agressive.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles