05282017Headline:

Nouvelle Constitution: Hamed,Ahoussou et Kambiré ont refusé tous les amendements tentés par les députés

hamed

Côte d’Ivoire-Nouvelle Constitution: Hamed, Ahoussou et Kambiré ont rejeté tous les amendements tentés par les députés

Malgré quelques timides tentatives, l’on apprend de Jeune-Afrique [bien au fait des affaires présidentielles ivoiriennes] qu’aucune modification majeure n’a été apportée à l’avant-projet de Constitution avant son adoption par la Commission parlementaire Affaires générales.

Les députés «les plus actifs ont été notamment Kayo Clarisse et Mamadou Dély, députés de l’UDPCI du ministre Mabi Toïkeuse [membre du RDHP], l’ancien candidat à la présidentielle, Gnangbo Kacou, Alain Lobongon [député-maire de Frescro et ancien ministre des Sports], ou encore le maire de Bonoua, Djon Wan Teke.», indique Jeune-Afrique.

Ce petit groupe de députés a pêle-mêle tenté d’amender une série d’articles, entre autres l’absence de limite d’âge maximum pour la candidature à la présidentielle [article 55], l’absence de bulletin médical, la nomination d’un vice-président avant la présidentielle de 2020, la nomination d’un tiers des membres du futur Sénat par le chef de l’Etat et les conditions de modifications de cette nouvelle Constitution.

«Comment peut-on demander à un jeune qui passe un concours un examen de santé et pas à un candidat à la présidentielle ?», s’est inquiétée la député de l’UDPCI. «Pas question qu’un dirigeant non élu occupe les fonctions de président de la République », a lancé un autre député du même groupe parlementaire.

Les émissaires d’Alassane Ouattara durant les travaux, Sansan Kambiré [Justice], Hamed Bakayoko [Intérieur et Sécurité] et Ahoussou Jeannot [Relations avec les institutions et l’Assemblée], ont refusé tous les amendements.

L’obligation pour le chef de l’État de publier un bulletin de santé annuel, d’abord acceptée en amendement de l’article 60, fut par la suite annulée par le ministre de la justice.

La tâche désormais aux électeurs en Côte-d’Ivoire d’invalider ou de valider ce projet de Constituion que l’opinion publique ivoirienne a bien vite baptisée «Constitution Ouattara».

Un projet de constitution qui selon plusieurs experts traduit les volontés de deux personnes du 3e âge, largement dépassées, Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié.

Ces deux vieillards au soir de leurs vies ont la particularité d’avoir les illusions de contrôler, l’armée pour le premier cité, et la gendarmerie pour le second.

Avec ces deux forces à leurs services et non aux services de l’ensemble des Ivoiriens, Ouattara et Bédié peuvent apparemment encore avoir l’illusion de pouvoir tout se permettre.

J A

 

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment