06232024Headline:

OMC : un ralentissement de la croissance du commerce mondial en 2023

La croissance du commerce mondial devrait ralentir cette année, freinée par la guerre en Ukraine, l’inflation, les politiques monétaires plus restrictives et l’incertitude financière, selon les projections de l’OMC publiées mercredi.

Les perspectives de l’économie mondiale se sont légèrement améliorées depuis la publication des prévisions commerciales les plus récentes de l’Organisation mondiale du commerce en octobre, mais le rythme de l’expansion du commerce en 2023 devrait être “faible”.

Les économistes de l’OMC prévoient maintenant une croissance du volume du commerce des marchandises de 1,7% en 2023 — en hausse par rapport à l’estimation de 1,0% faite en octobre, après avoir augmenté de 2,7% en 2022.

Selon l’OMC, un facteur clé de cette amélioration est l’assouplissement des contrôles liés à la pandémie de Covid-19 en Chine, qui devrait libérer la demande de consommation accumulée dans le pays et stimuler ainsi le commerce international.

Bien sûr, une fin pacifique de la guerre en Ukraine et une réduction plus large des tensions géopolitiques amélioreraient aussi considérablement les perspectives de l’économie mondiale”, a indiqué l’économiste en chef de l’OMC Ralph Ossa en conférence de presse.

En revanche, a-t-il ajouté, s’il semble que les récentes faillites bancaires aux États-Unis et en Europe ont été en grande partie contenues, “l’augmentation rapide des taux d’intérêt pourrait créer de nouvelles tensions sur les marchés financiers et avoir des répercussions sur le commerce international”.

Les économistes de l’OMC tablent sur une croissance du PIB réel de 2,4%.

Les taux de croissance du commerce et la production devraient ainsi être inférieurs à leurs moyennes respectives de 2,6% et 2,7% enregistrées au cours de la période de 12 ans ayant suivi l’effondrement du commerce provoqué par la crise financière mondiale.

Le commerce continue d’être un moteur de la résilience de l’économie mondiale, mais il restera soumis à la pression de facteurs externes en 2023″, souligne la directrice générale de l’OMC, Ngozi Okonjo-Iweala, dans un communiqué accompagnant la publication des prévisions, appelant une fois de plus les gouvernements à éviter une “fragmentation des échanges” à ne pas créer “des obstacles au commerce”.

L’augmentation du volume du commerce mondial de 2,7% en 2022 a été plus faible que le taux de 3,5% prévu au mois d’octobre par l’OMC, en raison de la chute observée au quatrième trimestre de l’année dernière.

Plusieurs facteurs ont contribué à cette chute, y compris la hausse des prix mondiaux des produits de base, le durcissement de la politique monétaire en réponse à l’inflation et les flambées de Covid-19 qui ont perturbé la production et le commerce en Chine.

Selon M. Ossa, “les effets persistants du Covid-19 et les tensions géopolitiques croissantes sont les principaux facteurs ayant influé sur le commerce et la production en 2022 et il est probable qu’il en sera toujours ainsi en 2023”.

Il relève également que “les hausses de taux d’intérêt dans les économies avancées ont aussi révélé des faiblesses dans les systèmes bancaires qui pourraient aboutir à une instabilité financière plus large s’il n’y est pas remédié”, et appelle les gouvernements et les organismes de réglementation à être “attentifs à ces risques financiers” dans les mois à venir.

Après des années de politique monétaire expansionniste, les banques centrales se trouvent dans une situation difficile dans laquelle elles doivent trouver “un équilibre” leur permettant de contenir l’inflation tout en soutenant la croissance économique et en maintenant la stabilité financière, indique l’OMC, qui prévient : “Une erreur de calcul pourrait avoir des conséquences négatives sur l’économie et le commerce mondiaux”.

Avant d’ajouter : “Personne n’a jamais dit qu’il serait facile de faire machine arrière concernant les taux d’intérêt bas et nous allons vraisemblablement traverser des zones de turbulences”.

En 2024, la croissance du commerce devrait rebondir à 3,2% et celle du PIB à 2,6%.

Mais cette estimation est “teintée d’une incertitude plus forte que d’habitude”, note l’OMC, en raison de l’existence d’importants risques de détérioration, y compris les tensions géopolitiques croissantes, l’insécurité alimentaire mondiale, la possibilité de répercussions imprévues du durcissement de la politique monétaire, les risques affectant la stabilité financière et l’augmentation des niveaux de dette.

What Next?

Recent Articles