08202018Headline:

Ordonnance d’amnistie du chef de l’Etat sur l’infraction liée à la crise post-électorale: Laurent Gbagbo concerné ?

Le chef de l’État, Alassane Ouattara, a pris une ordonnance, à la veille de la célébration des 58 ans d’indépendance de la Côte d’Ivoire, portant amnistie des « infractions » liées à la crise post-électorale.

Dans le champ d’application de cette mesure de clémence présidentielle, figure un illustre ivoirien : Laurent Gbagbo, ancien chef de l’État détenu à la Cour pénale internationale (Cpi). Il est bel et bien concerné par cette mesure d’amnistie, car l’infraction pour laquelle il a été condamné en Côte d’Ivoire, est prise en compte par l’amnistie.

Laurent Gbagbo avait été reconnu coupable, avec Koné Katinan, Désiré Dallo, Aké N’Gbo, de « braquage » de l’Agence nationale de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) lors de la crise post-électorale de 2010-2011. Ses ministres et lui-même avaient été condamnés à 20 ans de prison ferme assortie d’une amende de 329 milliards de F Cfa, le jeudi 18 janvier 2018, par le tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau. En 2016, les prévenus étaient poursuivis par le parquet d’Abidjan pour « vol en réunion par effraction portant sur des caves à la Bceao et des numéraires ; complicité de vol en réunion par effraction ; destruction d’une installation appartenant à autrui ; détournement de deniers publics ».

Un mandat d’arrêt international avait alors été lancé contre Koné Katinan et l’ex-président Laurent Gbagbo en procès à La Haye depuis janvier 2016. Aujourd’hui, cette ordonnance d’amnistie vient effacer les condamnations et éteint le mandat d’arrêt international lancé à leur encontre. Il s’ensuit que Koné Katinan, Aké N’Gbo, Désiré Dallo sont couverts par cette mesure de clémence du chef de l’État, Alassane Ouattara. Si Laurent Gbagbo venait à être libéré par la Cour pénale internationale (Cpi), et qu’il rentrait en Côte d’Ivoire, il est évident qu’il ne pourra plus, dans le cadre de cette affaire de la Bceao, être inquiété par la justice ivoirienne.

 

Secrom

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment