11232017Headline:

Ouattara téléphone à Soro pour une trève, Soro pose ses conditions

La guerre à fleuret moucheté que se livrent le chef de l’Etat et le président de la président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire connait une tentative d’accalmie. A en croire le bimensuel La Lettre du continent, Alassane Ouattara a téléphoné à Guillaume Soro qui se trouve actuellement en Russie. Fin de la semaine dernière, l’ancien chef rebelle avait posté une photo dans laquelle il apparaissait épaule contre avec le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine himself. Si l’image volontairement postée par les services de communication du président du parlement ivoirien avait pour but d’intimider l’exécutif ivoirien, on peut tout simplement dire qu’elle a fait mouche. Ce qui voudrait dire qu’Alassane Ouattara redoute un rapprochement entre Soro et les dirigeants russes ; rapprochement qui pourrait lui être dommageable dans une proche perspective.

En tout cas, selon Ldc, « sur conseil » de Kandia Camara nouvellement promue Secrétaire générale du Rassemblement des républicains (Rdr), Alassane Ouattara a téléphoné à Guillaume Soro. Qu’est-ce que les deux hommes se sont dit ? Il nous revient que ce coup de fil après un long moment de froid est une façon à Ouattara, de mettre la pédale douce. Sautant sur l’occasion, Guillaume Soro a profité pour exiger la ‘’libération’’ de son chef de protocole Koné Souleymane Kamaraté alias Soul to Soul. C’est en tout cas ce que laisse lire La Lettre du Continent dans sa dernière publication.

Faut-il le rappeler, Soul to Soul a été arrêté le lundi 9 octobre dernier pour son implication supposée ou avérée dans l’affaire des caches d’armes découvertes à Bouaké dans le mois de main au plus fort de la mutinerie des ex-combattants. Six (6) tonnes d’armes de guerre et de munitions avaient été découvertes dans son domicile de Bouaké.

« Les enquêtes immédiatement ouvertes ont permis d’établir que la villa abritant cette cache d’armes est la propriété de Monsieur Koné Kamaraté Souleymane, responsable du Protocole du Président de l’Assemblée Nationale (…) Au regard de la gravité de ces faits de détention, d’entreposage, de cession d’armes de guerre (Ndlr :lance-roquettes Rpg7, mitrailleuses lourdes 12.7, fusils d’assaut AK47, bombes mortiers…) et de munitions (1ère catégorie) ainsi que de complot contre l’autorité de l’Etat, faits prévus et punis par les articles 3 et 5 de la loi N°98-749 du 23 décembre 1998 portant répression des infractions à la réglementation sur les armes et substances explosives, et l’article 159 du Code pénal, Monsieur Koné Kamaraté Souleymane a été interpellé ce lundi 9 octobre 2017 (…) Une information judiciaire avec mandat de dépôt, a été ouverte contre lui et toutes autres personnes concernées. » Déclarait, le même lundi 9 octobre le procureur de la République Adou Richard Christophe

Dans une longue lettre ouverte au vitriole adressée à Alassane Ouattara, le jour même de son inculpation, Koné Kamaraté Souleymane s’était indigné du fait que le régime lui fasse porter la propriété desdites armes.

« Sinon quelle est cette aberrante histoire d’armes dont on veut me faire à tout prix le détenteur exclusif ? Où aurai-je pu trouver l’argent pour les acquérir ? Comment tout seul, j’aurais pu les entreposer dans ma maison? Je n’en connais même pas les calibres ni la quantité. » Ecrit Soul to Soul avant d’accuser Ouattara d’ingratitude : « Alassane Ouattara, l’homme pour qui j’ai tant de fois failli mourir, qui m’expédie en prison. »

Et Soul to Soul d’y aller avec son lot de révélations sur la place publique.

« Aujourd’hui, à cause de mon patron Guillaume Soro, je suis en prison. Parce que ce n’est pas moi qu’on vise! Je suis trop petit dans cette affaire! C’est mon patron qu’on cherche (…) Oui, je suis victime de moi-même ! J’aurais dû dire Non. Non. Et refuser de céder ma maison pour que les militaires s’en serve comme base logistique pour leurs opérations, quand tous nous étions reclus au Golf. » Dénonce Soul dans un baroud d’honneur.

Dans la soirée du même lundi 9 octobre, c’était au tour de son collègue Touré Moussa chargé de communication de Soro Guillaume de sonner la charge.

« Il était donc évident, vu que c’était un dépôt d’armes, que la haute hiérarchie militaire connaissait leur nombre, l’utilisation à laquelle ces armes étaient destinées (…) Il y’a diverses caches d’armes en Côte d’Ivoire, ce n’est pas une révélation. Tout le monde sait que dans la conduite de l’offensive de 2011 pour contraindre le président Laurent Gbagbo à céder le pouvoir, diverses stratégies ont été mises en place dont une qui a consisté à disséminer des caches d’armes un peu partout (…) Je veux dire que le Président Alassane Ouattara, l’État -major et la haute hiérarchie de l’armée dont des généraux et officiers supérieurs qui composent le Conseil national de sécurité, savent bel et bien qu’il y avait une cache d’armes à Bouaké, qu’il y en a d’autres encore qui sont souvent localisées chez des proches du chef de l’État. » Révélait Touré Moussa pour sa part avec la menace à peine voilée que les ennemis de Soro tapis au sein de la direction du Rdr ne sont pas à l’abri d’autres révélations.

Lesquelles révélations ultra sensibles sont suffisantes pour calmer les ardeurs va-t-en-guerre d’Alassane Dramane Ouattara (ADO). Ce qui pourrait expliquer son dernier appel téléphonique à son jeune poulain Guillaume Soro dont l’ambition présidentielle ne saurait s’accommoder des quelques petites menaces d’arrestations de ses proches venant du Rdr. Lui Soro, ancien chef rebelle qui en a vu des vertes et des pas mûrs dans le maquis du nord ivoirien.

Va-t-on pour autant vers un réchauffement de la relation entre les deux alliés ? Rien n’est moins sûr. Ce, pour la simple mais bonne raison que si Koné Souleymane Kamaraté alias Soul to Soul a été mis aux arrêts, c’est parce qu’Alassane Ouattara n’avait pas d’autre choix que de contenter la communauté internationale. L’équipe d’experts des Nations Unies accourue, en juin dernier, sur demande des autorités ivoiriennes, avait fait de l’arrestation de Soul to Soul, une exigence démocratique.

Voilà qui rend difficile à satisfaire la demande de libération de Soul to Soul formulée par Guillaume Soro auprès d’Alassane Ouattara. Puisque le chef de l’Etat ivoirien ne peut ni se désavouer ni désavouer l’Onu. Quitte à lui de mettre dans la balance Soro et communauté internationale, pour décider en dernier ressort.

Letempsinfos.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment