10212021Headline:

Poliomyélite: le continent africain vers l’éradication de cette maladie?

En finir avec la poliomyélite, c’est l’un des objectifs que se donnent les pays africains. Lors de la 71e réunion annuelle du Comité régional de l’OMS pour l’Afrique qui s’est achevé, jeudi 26 août, les ministres de la Santé du continent se sont entretenus en visioconférence sur la question.

Si le continent célèbre cette année le premier anniversaire de l’absence du poliovirus sauvage, agent pathogène responsable de la polio, l’Afrique n’est pas encore totalement débarrassée du virus.

Car en effet, si le vaccin poliomyélitique oral a permis de réduire 99% des cas de polio, des dérivés de souche vaccinale sont encore rapportés aujourd’hui et c’est désormais sur ces dérivés que se concentre la lutte pour l’éradication de la maladie. Une lutte mise à mal par le Covid-19, comme l’explique le Docteur Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

« Ce triomphe sur la polio est menacé par le Covid-19, alors que les gouvernements travaillent dur pour limiter sa propagation. Des campagnes de vaccination contre la polio ont été mises en suspens. Depuis 2018, 23 pays africains ont connu des flambées de poliomyélite dérivée du vaccin. Nous ne devons pas laisser une quelconque forme de polio se faufiler à travers les failles de notre bouclier de vaccination et s’installer à nouveau »,souligne-t-elle.

« Appel aux gouvernements africains »
Pour le Docteur Tunji Funsho, président du Comité national PolioPlus du Rotary, au Nigeria, pas question d’abandonner les efforts. Pour lui, le succès réside dans la capacité des États africains à s’investir davantage dans les programmes de lutte contre la polio.

« Je veux lancer un appel aux gouvernements africains pour qu’ils continuent à soutenir ce programme, qu’ils augmentent le financement des soins de santé primaires afin que la vaccination contre la polio s’intensifie. J’en appelle aux gouvernements africains pour qu’ils prennent progressivement en charge ce programme, tant sur le plan financier que sur celui de la fourniture des ressources humaines et matérielles nécessaires. »

Lors de cette réunion annuelle, les ministres de la Santé se sont engagés à maintenir la poliomyélite comme une priorité sanitaire.

Melv le Sage

Comments

comments

What Next?

Related Articles