07232018Headline:

Politique nationale: bureau politique, Comment Bédié a manœuvré…

Les lampions se sont éteints dimanche 17 juin 2018 sur le Bureau politique du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci). Une rencontre qui a vu le Pdci refusé poliment l’idée du parti unifié avant les élections locales à venir.

La rencontre était très attendue par les militants du vieux parti. Ceux-ci avaient à cœur d’en finir avec la question du parti unifié. Il ne restait que le Pdci pour ratifier ce projet déjà endossé par des partis politiques membres du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), tels que le Rassemblement des républicains (Rdr), le Parti ivoirien des travailleurs (Pit) et l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (Udpci).

La décision du Pdci est tombée. Le parti dirigé par Henri Konan Bédié veut tenir les rennes du pouvoir d’État avant d’évoquer une quelque unification de partis politiques. Au terme de ce Bureau politique, il a simplement jugé hors de question d’adopter les annexes de l’accord portant création du parti unifié, trop contraignant à son goût à travers ses dispositions transitoires. Pour parvenir à cette position, le président Henri Konan Bédié a carrément misé sur le jeu de la démocratie. Dans la salle de réunion de la Maison du Pdci, sis à Cocody baptisé du nom de « Félix Houphouët Boigny », les débats ont été parfois houleux. Sur la soixantaine d’interventions, deux tendances se sont rapidement dégagées. Il y avait d’un côté, ceux qui prônent le parti unifié, bien minoritaire, et de l’autre, ceux qui défendent le Pdci avec une candidature de ce parti à la présidentielle 2020 pour la reconquête du pouvoir.

Face à ces deux tendances, le président Bédié soumet chaque partie à l’exposé de ses arguments. Ce sont d’abord les pro-parti unifié qui se signalent avec l’intervention du vice-président Kablan Duncan, des présidents d’institution, Ahoussou Jeannot, Charles Diby et des ministres soupçonnés d’être de connivence avec le chef de l’État Alassane Ouattara. Ils avancent, pour la plupart, la stabilité du pays comme raison essentielle pour leur parti de saisir la main tendue de leur allié, le Rdr, pour la concrétisation du parti unifié. Leurs arguments, jugés moins convaincants, suscitent le courroux de la majorité. Des voix s’élèvent, des murmurent s’emparent de la salle, les esprits s’échauffent. Ils sont même conspués. Evidemment, Bédié reste maître du jeu.

A peine l’accalmie revenue qu’il donne la parole aux anti-parti unifié. Ceux-ci ne perdent pas de temps pour démonter leurs adversaires. Le président du Pdci avait alors tout le loisir de se laver la main, de faire jouer la majorité contre la minorité. Ainsi donc la majorité, la base, a décidé, les hautes instances du parti ont entériné.

 

 

fratmat.info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment