08182018Headline:

Pourquoi la génération Fesci doit prendre le pouvoir d’Etat ? explique Martial Ahipeaud

« Pourquoi la génération Fesci doit prendre le pouvoir d’Etat », signé par l’Ivoirien Abdon Tawa, est en librairie depuis le 7 juillet 2018. A l’occasion de la dédicace de cet ouvrage tenue ce jour-là, d’anciennes figures de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci) s’étaient donné rendez-vous à la Librairie Carrefour Siloé, à Abidjan-Cocody. Entre autres interventions, Pr. Martial Ahipeaud, ancien secrétaire général de ce mouvement, a livré son analyse du contenu de cet ouvrage.

Partant du désir de « changement qualitatif » clairement exprimé par l’auteur dans l’ouvrage, Pr Ahipeaud a annoncé d’entrée de jeu que « l’émotion n’a pas sa place ». Il a félicité, pour ce faire, Abdon Tawa qui, selon lui, met au défi tous les autres fescistes d’ici et ailleurs, qui peuvent écrire pas forcément sur la Fesci, « mais sur notre pays, notre continent ». Car l’homme en est convaincu, cela peut apporter quelque chose à la problématique posée par l’ouvrage. Pour l’homme, «il faut que dans le culturel, nous soyons présents. C’est en ce moment que nous démontrerons que nous sommes des créateurs et que nous sommes capables de dépasser nos contradictions ».

C’est, en substance, dira-t-il, ce qu’il pense de cette première signature d’Abdon Tawa. En revanche, dans le fond de l’histoire retracée dans l’œuvre, Martial Ahipeaud s’est voulu des plus francs. Pour lui, il est surtout question pour la “Génération Fesci” de se rendre compte qu’il y a eu effectivement des dérives. « Il faut contextualiser ces dérives et les contenir émotionnellement. Sans cela, nous ne pouvons pas être disciplinés », a-t-il averti.

Au demeurant, le conférencier a invité la génération Fesci à opérer la rupture avec son passé émotionnel. En analysant ce qu’elle a pu faire de positif et de négatif, pour ensuite se battre pour dépasser ces contradictions. « Tout en nous projetant dans des perspectives qui sont positives, fondamentalement nationales et non pas impersonnelles, tribales et régionalistes», a-t-il souligné. Dans l’ouvrage, Abdon Tawa raconte «la marche de la Côte d’Ivoire depuis la veille de l’indépendance jusqu’à l’exercice du pouvoir d’Etat par la gauche dans les années 2000 ponctué de trahisons.» Ainsi,à la lumière de cette histoire, l’écrivain propose l’union de la Fesci comme nouveau leadership capable de relever les défis propres à la Côte d’Ivoire. «Pourquoi la génération Fesci doit prendre le pouvoir d’Etat: La Côte d’Ivoire à la recherche d’un nouveau Leadership politique», un ouvrage de 260 pages signé par Abdon Tawa, est édité par la maison « Les Impliqués Editeur ».

jeune afrique

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment