01212017Headline:

Pourquoi Ouattara veut une nouvelle constitution ivoirienne maintenant : un diplomate fait des révélations

soro-ado

Pourquoi la nouvelle constitution maintenant : un diplomate livre les deux peurs de Ouattara

Les Ivoiriens ne sont pas les seuls à se poser la question, non pas de la nécessité d’une nouvelle constitution en Côte d’Ivoire, mais de l’urgence. Dans le milieu diplomatique africain, l’on se pose aussi la question. Un fonctionnaire d’une ambassade d’un pays de la sous-région a exprimé la même préoccupation, dernièrement, lors d’un échange.

Analysant la situation sociopolitique ivoirienne, le diplomate a tenté d’expliquer ce qui peut être les raisons qui poussent le président Ouattara à vouloir, contre vents et marrées, cette loi fondamentale maintenant, en un temps record. Premièrement le problème Soro. Selon lui, le fait que Soro Guillaume ait affiché ses intentions de devenir le futur chef de l’Etat ivoirien a amené le président Ouattara à chercher des moyens de tiédir ses ardeurs.

«Il voit Soro comme une menace», a dit le diplomate. «Depuis le jour où Soro a demandé à être le numéro 2 de la République, même avant l’âge, Ouattara s’est dit qu’il court un danger. Et si vous voyez bien, il a tout fait pour le mettre en minorité, affaiblir son armée, l’éloigner des affaires gouvernementales. A la vérité, Ouattara craint un mauvais coup de la part de Guillaume Soro, disons un coup de force», a fait savoir le diplomate. «Cette peur s’agrandit à l’idée que l’actuelle constitution demeure en l’état jusqu’à l’avènement de la nouvelle législature, avec Soro toujours président de l’Assemblé nationale».

En croire le diplomate, dans une telle posture, il sera plus facile, si Soro le souhaite, de perpétrer un coup de force contre Ouattara, la seule issue qui s’offre à lui pour devenir pour se hisser au sommet de la République et supplanter ainsi ses adversaires qui se montrent très déterminés à lui barrer le chemin. Le diplomate a présenté pour preuve de cette crainte, la mention dans la nouvelle constitution de l’article contre les coups d’Etat. «Ce n’est pas fortuit», dit-il. La deuxième raison avancée par le diplomate qui expliquerait la détermination du président Ouattara à en finir avec ce projet, c’est un éventuel retour de l’opposition à l’Assemblée nationale.

«Pensez-vous que si l’opposition était représentée au Parlement, cet avant-projet de la nouvelle constitution serait passé aussi facilement. Ouattara le sait, c’est pourquoi il ne veut pas attendre longtemps. Sinon qu’est-ce qui presse. Le président sait que la future législative ne sera pas acquise à sa cause, avec une entrée certaine des opposants. Donc mieux vaut en finir une bonne fois pour toute », soutient le diplomate. «Sinon, Ouattara est conscient des procédures et du temps qu’il faut pour se doter d’une constitution», relève t-il.

César DJEDJE MEL

Auteur: César DJEDJE MEL – ivoirematin.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment