11182018Headline:

Préparation de fraude sur les élections de 2020, les collaborateurs du DG de l’Oni, Djakaridja Konaté, ont brandi les documents de la nouvelle mission confiée à leurs services.

A l’issue de soupçon de fraude sur les prochanes relevé par des cadres du Pdci-Rda impliquant l’Office nationale d’identifacation, les responsables de cette structure étatique ont réagi spontanément pour éclairer l’opinion sur leurs activités.

Ils n’ont pas tardé à réagir, suite aux confidences faites à linfodrome.ci par des cadres du Pdci-Rda sur des soupçon de fraude en préparation à partir de l’Office national d’identification (Oni) sur les élections présidentielles de 2000. Les dirigeants de cette structure étatique ont tenu spo ntanément à apporter un démenti à l’information faisant état de l’installation, à partir du 06 novembre prochain, d’un opérateur pour démarrer les opérations d’identification en vue des élections présidentielles à venir.

M. Noumouroutié et Issa Bouda, respectivement Conseiller technique en communication et membre du cabinet du directeur général de l’Oni ont noté des amalgames, en effet, entre les missions de leur structure et les appréhensions que se font les politiques du Pdci-Rda. Selon ces deux collaborateurs du préfet Djakaridja Konaté, la mission de l’Oni devrait être distinguée clairement des opérations électorales tels les enrôlement sur les listes électorales placées sous la responsabilités de la Commission électorale indépendante (Cei). « L’Oni est un établissement public national (Epn), une direction sous la tutelle des ministères de l’Intérieur et de l’Economie et des Finances. Sa mission consiste en la production et en la délivrance des titres d’identité pour les populations vivant en Côte d’Ivoire. Elle ne travaille pas sous la coupole de la Cei », établit d’office les responsables de l’office que nous avns reçus à la rédaction de linfodrome.ci.

MM Noumouroutié et Bouda ont tenté de comprendre les réactions des cadres du Pdci en se référant au contexte de 2009. Période au cours de laquelle les opérations d’identification et l’établissement des nouvelles cartes d’identité (Cni) avaient coïncidé avec les enrôlements sur les listes électorales. Les Cni étant les documents requis pour effectuer cet enrôlement. Ce contexte, soulignent-ils, n’est plus le même aujourd’hui où l’Oni n’est plus dans un schéma d’enrôlement de masse. Car, la majorité des Ivoiriens disposent maintenant de leurs pièces d’identité.

Même si les Cni délivrées en 2009 expirent presque pour tous les inscrits sur les listes électorales en 2019, pour les dirigeants de l’Oni, cela ne sauraient constituer une source d’inquiétude. Car, le challenge à venir ne sera rien d’autre qu’une mise à jour du fichier existant à quelques modifications près avec des cas d’exception tels les femmes mariés qui changent de patronyme à ajuster. « Il faut rassurer les populations, le renouvellement des Cni ne sera pas couplé aux opérations électorales, car ce sont des opérations très distinctes. Cela n’a rien à avoir avec la situation de 2009. Il n’y aura pas d’enrôlement de masse…. », soulignent nos interlocuteur.

Quid de l’opérateur commis qui devrait s’installer dans les jours à venir ? Les collaborateurs de Djakaridja Konaté s’étonnent de cette information. « Il n’y a aucun opérateur qui vient s’installer dans nos locaux le 06 novembre. On ne sait pas pourquoi cette date, mais il n’y a rien », rétorquent-ils. Toutefois, ils font noter qu’il y a bel et bien un appel d’offre lancé, depuis le 08 août 2018 pour le choix d’un opérateur ayant la technologie requise pour la modernisation de l’état civil en Côte d’Ivoire. Un projet d’envergure, qui a fait l’objet d’un décret (N° 20118 -454 du 09 mai 2018) portant création du Registre national des personnes physiques, en abrégé Rnpp. Ce registre, devra permettre à la Côte d’Ivoire de disposer d’un fichier unique de la population pouvant faire l’objet d’une mise à jour automatique, mais également de produire des données nominatives personnelles et biométriques. Un outil pour lutter contre la fraude sur l’identité et la prévention de toutes les formes de criminalités, dès lors que chaque individus vivant ou entrant sur le territoire ivoirien serait identifié et identifiable par un numéro unique et définitif. « C’est plutôt un outil de fiabilité et de transparence, un axe majeur du Plan national de développement (Pnd). L’opérateur n’est pas encore choisi. L’ouverture des plis est prévue pour ce mois de novembre ». Une échéance qui pourrait faire penser au 06 novembre avancé par les penseurs du Pdci-Rda.

Est-ce du même projet dont parle les deux parties ? En tout état de cause, promettent les dirigeants de l’Oni. « Rien ne se fera en catimini. Le Rnpp fera l’objet d’une large campagne de communication ». De quoi rassurer toutes les Ivoiriens, les acteurs politiques en premier pour éviter toutes amalgames fâcheuses.

F.D.BONY

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

lebabi.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment