10012020Headline:

Présidentielle 2015: Banny candidat contre Ouattara ? Analyse:

alassane et Banny

Après la conférence de presse tenue dans un hôtel de Yamoussoukro , le mercredi 8 octobre, par des militants du PDCI, la rumeur qui affirme que le neveu de Boigny, Charles Konan Banny, serait en lice pour affronter le président Alassane Ouattara à la prochaine élection présidentielle commence à s’avérer.

En effet, à en croire certains militants du PDCI proche de la grande famille Banny, le président de la CDVR sera bel et bien candidat à l’élection présidentielle prévu pour octobre 2015.

Les conférenciers, des leaders des jeunesses PDCI de la zone réunis sous l’appellation « jeunesse du district de Yamoussoukro », ont manifesté leur volonté de soutenir la candidature du PDCI à la prochaine échéance présidentielle.

Contrairement à l’esprit de l’appel de Daoukro, ces militants ont eu une position antagoniste vis-à-vis du président Henri Konan Bédié en affirmant leur soutien à Charles Konan Banny. Ils étaient soutenus par le rival d’Augustin Thiam pour la chefferie Akoué, Augustin Dahouet, présent dans la salle.

Le président de la CDVR serait prêt à officialiser une candidature à la présidentielle comme nous l’indiquent nombre de ses plus proches collaborateurs mais, toujours, sous couvert d’anonymat, ce qui laisse planer le doute pour ne pas dire le flou.
Une candidature de Banny en 2015 viendrait diviser fondamentalement le Pdci. Surtout qu’on sait il aura le soutien de plusieurs cadres dont le député de Port Bouët, KKB.

Que laisse Charles Konan Banny aux ivoiriens ? Nos confrères du mentor.net nous aident à répondre à cette question.

1 – La primature Banny:
Quand on pense Banny ou on entend prononcer le nom Banny, on se rappelle son passage à la Primature de notre pays, la Côte d’Ivoire. Le tandem, voulu par Banny avec Koudou Laurent Gbagbo, a vite tourné en un solo au profit du natif de Mama. Quant au natif de Yamoussoukro, lui qui fut choisi Premier Ministre par les Nations Unies, s’est donné mains et pieds liés à un Laurent Gbagbo, que seuls le courage, la détermination et la hargne pouvaient emmener à revoir sa copie. Etaient-ce sa couardise et son manque de personnalité qui en sont l’explication ? Est-il que dans la pensée collective, le passage de Banny à la primature fut un échec, une trahison même au regard de certains compatriotes qui le considéraient comme le Premier Ministre le plus libre sous Gbagbo. Pourtant, c’est cet homme libre qui viendra rendre démission devant toute une nation médusée.
2 – Sa tentative de prise du PDCI et son éternelle haine envers le président Bédié :

C’est connu. Pour Charles et Jean Konan Banny, les frères unis et neveux du 1er Président ivoirien, le pouvoir en Côte d’Ivoire est un héritage. Ils se doivent donc d’y accéder afin de reprendre leur dû. Cette vision de la chose publique a eu pour effet, de créer un clivage jamais surmonté entre eux et le Président Bédié. Aujourd’hui, Bédié a décidé de soutenir Alassane Ouattara dans le but d’unir les forces autour d’un même idéal. Banny, lui a décidé de combattre Alassane Ouattara car pour lui, c’est Bédié qui est toujours au pouvoir grâce à son deal avec Alassane Ouattara. Une autre preuve de sa haine viscérale contre le phénix de Daoukro a été premièrement, sa tentative d’éviction de la présidence du PDCI de Bédié et ensuite sa volonté manifeste de vouloir à tout prix, contrôler le PDCI. Dans les couloirs des résidences Banny, tout le monde sait que l’idée d’une unification entre le PDCI et le RDR sonne le glas de leur présence politique. Déjà, il est dit que dès l’annonce de cette volonté de réunir les partis du RHDP, Banny et ses suiveurs ont aussitôt décidé de miser sur l’éclatement prochain de cette alliance, d’où la réunion du mercredi 8 octobre, qui incessamment, va aboutir à « l’appel de Yamoussoukro » pour tenter de contrer celui dit, « l’appel de Daoukro ».
3 – Banny et le processus de réconciliation:
Appelé à la tête de la CDVR, Charles Konan Banny n’a fait que du sur-place au grand dam des ivoiriens, surtout des victimes de cette crise qui a endeuillé des milliers de familles et changé le cours d’un bon nombre des habitants de ce pays. C’est cet homme qui, piqué par on ne sait quelle mouche, se trouve des ambitions présidentiables démesurées et veut les concrétiser malheureusement, face à  quelqu’un dont il n’arrive pas à la cheville. Les ambitions sont, certes louable pour tout être humain, cependant, il faut savoir raison gardé et « accrocher son habit où sa main arrive ».

Comments

comments

What Next?

Recent Articles