08172017Headline:

Présidentielle 2015: On livre Banny à la vindicte populaire

Charles Konan Banny, est en train de faire l’amère expérience de la cruauté de la politique en Côte
d’Ivoire. Il comprendra bientôt

qu’il suffit de dire non à Ouattara pour subir le courroux du régime. Cette manifestation qui a eu lieu, hier, en effet, devant
son domicile privé est consécutive à la déclaration de Alassane Ouattara qui dit avoir mis à la disposition de la structure (Commission Dialogue et réconciliation
(Cdvr)) qu’il dirigeait, la somme de 16 milliards
de nos francs. En effet, lors de la remise du rapport de la fin de la mission de la Commission Dialogue Vérité et Réconciliation (CDVR), lundi 15 décembre dernier, au palais de la présidence de la République, le chef de l’Etat a cru bon de rappeler aux Ivoiriens qu’il a alloué un budget de plus de 16 milliards de francs CFA à la CDVR dirigée par l’ancien Premier ministre Banny. Mais cela ne devrait surprendre
personne puis que Ouattara a toujours agi ainsi.
Dès sa prise du pouvoir, il avait déjà accusé le président Laurent Gbagbo d’avoir volé beaucoup d’argent avant de quitter le palais. Après que la CPI a publiquement
déclaré Gbagbo indigent financièrement, le monde entier attend toujours que Ouattara rende publics les
résultats de l’enquête qu’il a diligentée et qui montre la culpabilité de Gbagbo. Les Ivoiriens ne sont plus dupes. Tout le monde connait les raisons de la déclaration de Ouattara et sait qu’elle n’est pas fortuite.
Quelques jours après le dépôt de sa candidature aux élections
présidentielles, Charles Konan Banny a apparemment réveillé
les détracteurs qui jusque-là tapissaient dans l’ombre. Trois de
ses collaborateurs sont accusés par la police économique et l’un d’eux mis aux arrêts. Et, c’est apparemment l’ex-président de la CDVR qui s’apprête à faire les frais de sa décision. La preuve, des jeunes manifestants instrumentalisés
(une vingtaine) criant à tue-tête avec des propos
tels que : « Le peuple veut des comptes ; honte à toi Banny
; CDVR, bilan négatif ; je veux un audit ; où sont passés les 16 milliards ? Réconciliation, tu as échoué ; CDVR, Banny…», se sont rendus hier devant son domicile.
L’effet boomerang ?! Lui (Charles Konan Banny ) qui
avait en charge la CDVR et qui n’a jamais daigné se déplacer, ne serait-ce que, pour rendre visite Laurent Gbagbo à La Haye ou même à Simone Gbagbo qui croupit dans l’un des goulags de Ouattara à Odienné est aujourd’hui
accusé ‘’sans preuve’’ par ses amis d’hier.

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment