07242017Headline:

PRÉSIDENTIELLE 2015: Pour battre Ouattara/ voici la stratégie de Banny

banny et ado

Après les délibérations litigieuses du Conseil constitutionnel le mercredi 9 septembre 2015, les candidats à l’élection présidentielle d’octobre prochain sont désormais connus. Place est maintenant aux stratégies de reconquête du pouvoir pour Ouattara et de conquête pour ses adversaires les plus redoutés. Parmi ces derniers, un certain Charles Konan Banny, ancien Premier ministre et ancien Gouverneur de la BCEAO.

Un cursus qui n’a rien à envier à celui d’un Alassane Ouattara qui s’en prévalait jusqu’à ce que …. Mais Banny ne veut pas dormir sur ses lauriers glanés lors de son passage à la haute mission de réconciliation des Ivoiriens qui fut son dernier poste. Membre fondateur de la Coalition nationale pour le changement (CNC) qu’il dirige depuis le mois d’août, le candidat Banny met à profit ce positionnement – signe d’une certaine confiance de l’opposition à son égard pour goupiller la bombe de sa probable victoire électorale.

Depuis, CKB de ses initiales, n’a plus la tête à paresser. Il multiplie réunions sur réunions alliant rendez-vous et audiences tant à son QG (quartier général), à sa résidence privée qu’à d’autre hauts lieux de décisions. C’est ainsi que pour lui, toutes les occasions sont bonnes pour rallier ses camarades de la CNC à sa cause. Au besoin s’il faut pour lui, plaider auprès des autres attelages de l’opposition dont les ambitions présidentielles sont aussi connues. Des conciliabules au sein de la Coalition, – idée initiale de Koulibaly Mamadou – il ressort que Banny tente le tout pour le tout pour faire de ”Maadou” son futur Premier ministre en cas de sa victoire. Mais à la seule condition que l’ancien président de l’Assemblée nationale et transfuge du Front populaire de Laurent Gbagbo en rupture de ban depuis la crise d’avril 2011, accepte de se désister pour lui faire de la place. Il n’y pas de place pour deux sur un fauteuil présidentiel !
« Présenté comme l’adversaire le plus sérieux d’Alassane Ouattara au scrutin présidentiel d’octobre, Charles Konan Banny cherche préalablement à rallier les autres candidats de l’opposition. » Croit savoir le bimensuel parisien La Lettre du continent dans son dernier numéro de septembre 2015.

Le journal vendu en ligne poursuit pour dire que « Avant de déployer sa campagne sur le terrain, Charles Konan Banny, dit CKB, entend mettre toutes les chances de son côté pour affronter le président sortant, Alassane Ouattara. » Ce qui relève de l’évidence d’ailleurs pour tout candidat à un tel challenge. Ce qui ne l’est pas en revanche, et que croit savoir notre confrère, qu’est que « L’ancien gouverneur de la BCEAO poursuit les négociations au sein de la plateforme d’opposition Coalition nationale pour le changement (CNC) afin de dégager un consensus sur son seul nom. CKB, qui espère toujours le soutien – fortement improbable – de Laurent Gbagbo, souhaite obtenir le désistement en sa faveur d’autres “petits” candidats comme les députés PDCI-RDA Kouadio Konan Bertin et Jérôme Kablan Brou, et surtout celui de Mamadou Koulibaly, fondateur du LIDER. Il aurait été proposé à ce dernier, ex-président de l’Assemblée nationale sous Laurent Gbagbo, le poste de premier ministre en cas de victoire. » Lit-on.

Mais le président de la CNC ne s’arrête pas à ce lobby. Charles Konan Banny tend ses tentacules jusqu’aux méandres des gourous de la communication locale. L’agence de communication Océan Ogilvy, l’autre poids lourds de l’espace ivoirien serait dans le collimateur de l’ancien Premier ministre de Laurent Gbagbo. « Parallèlement à ces pourparlers (avec la CNC pour le désistement de Koulibaly Mamadou, ndlr), Charles Konan Banny peaufine sa stratégie et son programme en mettant l’accent sur les points faibles du mandat d’Alassane Ouattara (renforcement de la cohésion sociale, restauration de la démocratie, emploi des jeunes…). Pour ripoliner son image, l’ancien premier ministre a par ailleurs ouvert des discussions avec son ex-ministre Martine Koffi Studer, qui dirige Océan Ogilvy. Cette agence gère actuellement l’image du groupe Bolloré en Côte d’Ivoire.»

Autre révélation de taille et qui ne ferait pas forcément plaisir à l’adversaire Alassane Ouattara, c’est que Charles Konan Banny a aussi ”ses bons petits”. Parmi eux et qui savent très bien ce qu’ils veulent, se trouve un certain Léon Konan Koffi Jr, qui à un moment donné a failli être pris en grippe par le régime qui l’accusait du petit péché de Crésus. Parce que dans la cour des Ouattara, personne en dehors d’eux, ne devrait prétendre à la richesse démesurée. Eh bien le candidat Charles Konan Banny entend leur donner de la réplique. « Enfin, CKB se démène pour obtenir le retour à Abidjan de son neveu et bras droit, l’homme d’affaires Léon Konan Koffi Jr. Ce dernier s’est exilé au Cameroun après avoir été suspecté par le régime Ouattara de blanchiment de fonds publics. Une accusation intervenue peu après la déclaration de candidature de son oncle au scrutin d’octobre. »

Enfonce le clou, La Lettre du Continent. Belle bataille électorale en perspective, dirait-on. Sauf qu’il reste à prévoir les impondérables. Comme par exemple, la non-tenue de cette élection présidentielle dans le délai constitutionnel, pour cause de contestations populaires de l’opposition tirée par la Coalition nationale pour le changement (CNC). Mais n’allons pas vite en besogne.

Par Simplice Allard

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment