12142017Headline:

Présidentielle 2015/ Un planteur sort de son silence ;Ce qu’il dit de l’appel de Daoukro,Gbagbo,Ouattara et Bedié

“Certains cadres du Fpi sont en prison parce qu'ils refusent de dialoguer avec le pouvoir. Mais, je suis sûr que quand ils en sortiront, ils témoigneront. ” (Photos: C.D.)

Présidentielle 2015, CPI, CDVR / Tapé Do livre des secrets : «Ce qu’il faut pour libérer Gbagbo»
«Banny ne pouvait pas réconcilier les Ivoiriens»
“Certains cadres du Fpi sont en prison parce qu’ils refusent de dialoguer avec le pouvoir. Mais, je suis sûr que quand ils en sortiront, ils témoigneront. ” (Photos: C.D.)

Ancien président de la Bourse café-cacao (Bcc), Tapé Do Lucien a décidé de rompre le silence. Le natif de Brokoua (S/P d’Issia), qui a troqué son fameux Panama contre un chapeau en cuir, n’a pas eu sa langue dans sa poche. Avec le franc-parler qu’on lui connaît, il a abordé, dans cet entretien, plusieurs sujets dont le dernier rassemblement des producteurs à Daoukro, l’élection présidentielle d’octobre prochain, le cas Gbagbo, la crise au Fpi et la réconciliation nationale. Entretien.

Récemment, de nombreux planteurs, dont vous-même, étiez à Daoukro pour soutenir les actions du président Ouattara. Quel sens donnez-vous à cette initiative?

Effectivement, cette sortie dans le village du président Konan Bédié fait suite à la réunion de Grand-Bassam, tenue il y a pratiquement un ou deux ans. Nous nous sommes rendus pour jeter les bases d’un éventuel soutien au président Alassane Ouattara lors de la prochaine élection présidentielle. Cela n’est pas nouveau en Côte d’Ivoire. Dans le passé, nous avons soutenu le président Laurent Gbagbo, non pas parce qu’il est Fpi, mais parce qu’il défendait les planteurs que nous sommes. C’est dans ce même esprit que nous avons décidé de soutenir le président Ouattara. Ce n’est pas parce qu’il est Rdr. Mais, nous le soutenons parce qu’il a décidé de faire comme le président Laurent Gbagbo, en sécurisant les activités des producteurs.

Comment ce soutien au président Ouattara va se traduire sur le terrain?

A Daoukro, nous avons dit au président Bédié que les bases de notre soutien ont déjà été jetées à Grand-Bassam. C’est ainsi que le président du Pdci, l’auteur de l’appel Daoukro, a eu le privilège de nous envoyer en mission. Il s’agira pour nous de parcourir toutes les régions productrices de café- cacao et d’autres produits, bien sûr, pour expliquer aux producteurs que le bon choix, lors de la présidentielle de 2015, n’est autre que le président Alassane Ouattara. C’est lui seul qui peut actuellement venir au secours des planteurs que nous sommes. Un comité sera même installé pour mener campagne dans toutes les contrées du pays, le moment venu. Nous avons souffert pendant la crise. Toutes nos plantations ont été dé- truites. Alassane Ouattara est le seul qui puisse nous apporter un réconfort. Ceux qui disent autre chose, c’est qu’ils n’ont rien perdu dans cette guerre qui a fait tant de mal aux Ivoiriens. La campagne n’a pas encore commencé. Mais, nous avons décidé d’aller partout pour expliquer notre choix.

Comment pouvez-vous réussir votre mission quand on sait que Essy Amara est désigné comme le candidat des planteurs?

Nous ne faisons pas la fine bouche. On jugera aux résultats. Nous ne sous-estimons personne, mais chacun, dans son camp, fera le travail. Il y a un proverbe Bété qui dit que dans une cour de l’école, quand on sonne la cloche, chacun entre dans sa classe. Donc, le moment venu, chacun fera son travail. Pour notre part, nous expliquerons aux producteurs d’arrêter de soutenir les partis politiques, mais soutenons celui qui peut réellement faire avancer le monde agricole par des actions et des propositions. Je ne dis pas qu’Essy Amara, Banny et autres ne peuvent pas avoir des électeurs, mais, nous, nous cherchons la victoire. Et, la victoire sera du côté d’Alassane Ouattara. Il gagnera au premier tour.

Avec tout ce remue-ménage chez les producteurs, ne peut-on pas dire que le monde agricole est politisé?

Je dis non. Les producteurs ont toujours travaillé avec les présidents qui se sont succédé à la tête ce pays. C’était le cas avec Houphouët-Boigny, Konan Bédié, plus récemment avec Laurent Gbagbo. Aujourd’hui, nous avons décidé d’être avec le président Alassane Ouattara. C’est tout. Ce n’est pas faire de la politique. Si être aux côtés du président en exercice, c’est faire de la politique, alors nous faisons la politique. Mais, il ne faut pas que les gens voient cela comme ça. Nous étions aux côtés du président Gbagbo. Il nous a même remis la filière, disait-on. Nous sommes restés avec lui. Nous l’avons supporté jusqu’à ce qu’il parte. Aujourd’hui, si quelqu’un d’autre décide de faire le bonheur des paysans, nous ne pouvons qu’être heureux. On ira jusqu’au bout avec Ouattara pour gagner les élections. Et après, on va s’asseoir avec lui pour expliquer les problèmes inhérents à notre corporation.

D’aucuns disent que Tapé Do et autres soutiennent le président Ouattara parce qu’ils ont peur de retourner en prison. Qu’en dites-vous?

On ne peut pas empêcher quelqu’un de dire ce qu’il pense. Nous sommes actuellement libres grâce au président Ouattara. Nous avons travaillé avec Gbagbo, et c’est lui Gbagbo qui nous a mis en prison. C’est pour cela même qu’on est contre lui. Mais, comme Gbagbo n’est pas candidat, nous avons décidé de soutenir un autre. Nous soutenons Ouattara, parce que nous voulons donner la liberté aux producteurs. Si nous voulons récupérer la filière, il est nécessaire de donner la victoire au président Ouattara. Dire que Tapé Do soutient Ouattara parce qu’il a peur de retourner en prison est injuste. Je dois beaucoup de respect au président Alassane. Lors de sa campagne en 2010 à Issia, il a promis de me libérer s’il est élu. Je ne le connais même pas. J’avais été condamné à 20 ans de prison. Ouattara a tenu sa promesse. C’est un homme de parole. Moi, en tant que producteur, chef du village et chef de canton, je vais œuvrer pour la victoire du président Ouattara. Après, nous allons lui demander de faire tout pour libérer le président Gbagbo. Voilà notre position.

Vous êtes un pro-Gbagbo. Aujourd’hui ceux qui sont au pouvoir malmènent vos alliés d’hier dont nombreux sont encore détenus dans des prisons. Quels commentaires faites-vous?

L’aveugle, quand il se lève le matin et qu’il lave sa figure, ce n’est pas pour voir clair, mais c’est pour rendre propre sa figure. S’il y a des gens qui ne peuvent pas changer dans ce monde, moi je suis désolé. Me qualifier de pro-Gbagbo, c’est trop dire. Je suis un militant du Pdci-Rda. Je suis un secré- taire de section du Pdci à Issia. Je suis membre du Bureau politique. J’ai été président de la Bourse du café cacao. Le président Gbagbo m’a toujours voué une grande considération. Mais, je ne suis pas Fpi. Il ne m’a jamais forcé d’appartenir à son parti. D’ailleurs, il ne pouvait pas me convaincre sur ce sujet. Je n’ai jamais trahi Gbagbo parce que je n’ai jamais été militant du Fpi. Les gens peuvent dire ce qu’ils pensent à mon sujet. C’est pourquoi, moi je dis que la seule faute que Dieu ait commise, c’est de permettre à l’homme de dire ce qu’il pense.

Que pensez-vous des différentes incarcérations des cadres du Fpi?

Je pense que c’est le jeu politique. Je suis sûr qu’avec l’environnement qui a prévalu après les élections présidentielles de 2010, si Gbagbo même était au pouvoir, il allait mettre certains cadres du Rdr en prison pour avoir la paix. Le Rdr veut un environnement apaisé afin de mettre en place sa politique du ”Vivre ensemble”. Donc, celui qui veut le gêner dans son entreprise, il ne fait que subir la rigueur de la loi. C’est tout. Aujourd’hui, certains cadres du Fpi sont en prison parce qu’ils refusent de dialoguer avec le pouvoir. Mais, je suis sûr que quand ils en sortiront, ils témoigneront. Gbagbo est à la Haye, au lieu de mener des actions qui puissent contribuer à sa libération, ils sèment le désordre et c’est lui qui paie les pots cassés. Ses partisans jouent à un jeu dangereux. Il y a un proverbe Bété qui dit que celui qui cache quelque chose, on ne lui tape pas dans les yeux. Si tu le fais, il n’ira pas chercher ce qu’il a caché, parce qu’il ne verra plus clair. Donc, pour libérer Laurent Gbagbo, il faut le président Alassane Ouattara. C’est ce que les gens oublient.

S’il vous arrivait d’être en face du président Ouattara, qu’est-ce que vous lui direz concernant Laurent Gbagbo, Simone Gbagbo et Blé Goudé?

J’ai eu à travailler avec l’actuel secrétaire général de la Présidence, Gon Coulibaly, lorsqu’il était ministre de l’Agriculture. Il m’a dit un jour que Gbagbo est leur ami. C’est avec lui que le Rdr a été créé. Ils se connaissent de caractère. Donc, avec l’ensemble des planteurs, nous allons demander au président Alassane Ouattara, après sa victoire bien sûr, de chercher à libérer Laurent Gbagbo, Blé Goudé et Simone Gbagbo, parce qu’ils sont Ivoiriens comme tout le monde. C’est ce que les gens ne veulent pas faire. C’est la raison pour laquelle Laurent Gbagbo est encore en prison. Nous allons lui dire aussi que pour avoir une vraie réconciliation, il faut libérer tout le monde et que les exilés rentrent au pays.

Pensez-vous que Gbagbo, Blé Goudé et Simone Gbagbo méritent la prison?

Avant de répondre à votre question, je vais d’abord prendre mon cas. J’ai été condamné parce que, dit-on, le Conseil d’administration de la Bourse café-cacao m’a autorisé d’aller me faire soigner en France avec la somme de 25 millions F cfa. On me faire savoir que cela n’était inscrit dans mes missions à la tête de la Bcc. Mais, entre nous, est-ce que ce n’est pas normal que l’entreprise que je dirige paie mon déplacement en Europe pour des soins? On me condamne parce le tribunal estime que mon mandat était terminé à la tête de la Bcc et j’étais encore en poste. Ce sont des questions qui peuvent se régler. On n’a pas besoin d’aller au tribunal jusqu’à condamner les gens. Donc, je ne sais pas si Gbagbo mérite ou ne mérite pas la prison. Laissons la justice faire son travail. Mais, vous savez aussi qu’en politique, il faut détruire l’ennemi pour régner. Donc, je pense qu’en le mettant en prison pendant des années, Ouattara veut avoir les mains libres pour diriger la Côte d’Ivoire.

Depuis l’absence de Laurent Gbagbo sur l’échiquier politique ivoirien, le Fpi est divisé en deux blocs. Quels commentaires fait Tapé Do, lui qui a côtoyé la plupart des cadres du Fpi?

Je suis triste. Quand vous voyez quelqu’un qui refuse d’écouter les autres, il commet toujours des erreurs. Le fou, pour le raser, c’est difficile.

Mais, une fois que tu l’attrapes, tu peux le raser aisé- ment. Il n’est pas question que le Fpi soit divisé. S’il reste dans cette situation, le Fpi ne reviendra plus au pouvoir. C’est pourquoi, je dis toujours que les intellectuels commettent toujours des erreurs. Le Fpi, qui était un parti adulé par de nombreux Ivoiriens, est aujourd’hui divisé en plusieurs entités par la faute de ses responsables. Selon moi, il n’est pas question de faire des histoires au président Affi N’guessan. Ce n’est pas le moment. J’ajoute pour dire que Ouattara ne peut pas l’acheter comme le disent certains. Chacun est libre de faire ses commentaires. Mais, il faut que le Fpi se ressaisisse pour le jeu démocratique en Côte d’Ivoire.

Que pensez-vous des ”irréductibles” du Pdci qui ont décidé de rejoindre la Coalition nationale pour le changement (Cnc)?

Vous savez, quand vous avez dix enfants, il y a des voleurs, des intelligents et autres. Dans une famille comme le Pdci, il y a trop de cadres. Certains ont estimé que Bédié n’a pas été bien inspiré avant de lancer l’appel de Daoukro, en septembre 2014. Malgré tout, il doit être écouté, et après on peut laver le linge sale en famille. Ces ”irréductibles” ne devaient pas faire ce qu’ils ont fait en public. Essy, Banny et KKB sont des cadres du Pdci. Ils ont eu à gérer plusieurs choses. Donc, je ne suis pas d’accord qu’ils rejettent l’appel de Daoukro qui n’est pas mauvais en soi. Je pense qu’ils devraient attendre sagement leur tour. Mais, avec leur comportement, ils viennent de griller leur chance au Pdci. Ils sont libres d’être candidats et je leur souhaite bonne chance.

A quatre mois de l’élection présidentielle, pensez-vous que les conditions sont réunions pour des élections libres, justes et transparentes?

Ce qu’il faut savoir c’est qu’aucune élection n’est juste, même dans les pays développés. Je pense qu’il est temps d’arrêter de soupçonner les autres. Un parti au pouvoir est toujours partie prenante dans l’organisation d’une élection. Je ne comprends pas pourquoi les Africains sont toujours fébriles à l’approche des élections dans leurs pays. Il y a des partis au pouvoir qui ont organisé des élections et qui ont perdu. Je pense qu’il faut faire avec l’existant. Si les Ivoiriens décident de ne pas voter pour Ouattara, il ne gagnera pas.

Au cours d’une conférence de presse, la ministre Boni Claverie a déclaré que le président Ouattara est inéligible. Quel est votre avis sur la question?

Cette histoire d’inéligibilité du président Ouattara me fait rire souvent. Comment un homme qui a été président d’un pays, on puisse venir lui dire qu’il n’est pas candidat à l’élection présidentielle. Les gens vont jusqu’à brandir l’article 48 qu’a pris l’ancien président Laurent Gbagbo. Mais, Ouattara aussi peut prendre ce même article 48. Je pense que c’est un faux débat. Il faut que les Ivoiriens se concentrent sur l’essentiel, parce que inéligibilité de Ouattara est un débat inutile, dépassé, caduc.

Comment jugez-vous le travail de la défunte Cdvr avec son président Charles Konan Banny?

Je pense que Konan Banny ne pouvait pas réconcilier les Ivoiriens. Je ne sais pas pourquoi il a accepté ce poste de président de la Cdvr, lui qui avait des ambitions présidentielles. Maintenant qu’il a échoué à la tête de cette structure, les Ivoiriens ne peuvent plus lui faire confiance. Il ne peut pas diriger la Côte d’Ivoire. Banny devait dire la vérité aux Ivoiriens. Par exemple, il devait demander la libération de tous les prisonniers y compris Laurent Gbagbo, Simone et Blé Goudé sans oublier le retour pays de tous les exilés. Cela aurait été intéressant pour lui. Banny n’a pas été courageux. Ce n’est pas maintenant qu’il va demander des suffrages aux Ivoiriens. Il voulait faire plaisir à Ouattara et il a échoué. Ça lui apprendra.

En tant qu’ancien responsable de la filière café- cacao en Côte d’Ivoire, comment jugez-vous sa gestion actuelle?

Mon avis n’est pas trop important. Le plus important, c’est de savoir comment se portent les producteurs. C’est le président Ouattara qui fera son bilan le moment venu.

Interview réalisée par Cyrille DJEDJED Collaboration Maxime Kouadio (Stagiaire)

Source : L’inter N°5114 du Lundi 29 Juin 2015

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment