06212018Headline:

Présidentielle 2020: Gnamien Yao révèle,« le Rhdp unifié sera rejeté lors du Bureau politique du 17 juin»

Gnamien Yao, grand conférencier du Pdci, a vendu la mèche de ce qui se trame au Pdci…

Le candidat du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci-Rda), à l’élection présidentielle de 2020, se nomme Aimé Henri Konan Bédié, président du parti. Dans des propos fermes et déterminés, Gnamien Yao, « Grand conférencier du Pdci », l’a dit, avant de déblatérer sur le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) unifié qui, selon lui, « n’a aucune légalité ni légitimité pour choisir le candidat du Pdci en lieu et place des militants de ce parti ». « Ce n’est pas le Rhdp qui choisira le candidat du Pdci en 2020. Ce sera de l’ingérence si cela devrait se faire », a pesté l’ancien ministre de Laurent Gbagbo, lorsque nous l’avons joint par téléphone, le jeudi 7 juin 2018, en milieu d’après-midi. Lors de la réunion du Bureau politique du 17 juin 2018, « le Rhdp-unifié sera purement et simplement rejeté » au profit du « Rhdp en tant que plate-forme politique ». En tout cas, c’est ce qui ressort des propos de Gnamien Yao, « Grand conférencier du Pdci ».

L’ancien ministre de Laurent Gbagbo, revenu en grâce auprès du président Henri Konan Bédié, s’est voulu très louangeur à l’égard de celui-ci, le qualifiant de « prince de la paix et de la démocratie » en Côte d’Ivoire. Gnamien Yao avait subi les foudres de certains militants du Pdci pour ces prises de position tranchées en faveur de Laurent Gbagbo.

Aujourd’hui, il estime que le fil d’Ariane entre militants du Pdci, c’est la démocratie et l’esprit de tolérance et de paix qui habitent les uns et les autres. « Au Pdci-Rda, nous ne sommes pas prisonniers d’une idéologie. Il y a des gens de gauche, des gens de droite, des anarchistes au Pdci-Rda. La seule chose qui nous lie, c’est notre foi en la démocratie et l’houphouétisme. C’est pourquoi, à chaque congrès, le président Henri Konan Bédié n’hésite pas à se présenter contre tous ceux qui veulent l’affronter. Le président Bédié n’est pas un monarque, ni un dictateur pour dire qu’il va couper la tête à qui dira non… Henri Konan Bédié ne mérite pas ce spectacle que certains donnent à voir devant le siège du parti et à travers la presse », s’est amèrement offusqué ce diplomate, docteur-ingénieur en Mines et Géologie. Il s’est dit choqué par l’opprobre que certains cadres et militants jettent sur le Pdci et son président. « Le président Bédié ne mérite pas ça. De tous les présidents de partis en Côte d’Ivoire, Bédié est le seul grand démocrate. Dans les autres partis, tu te présentes contre ton président et tu auras signé ton arrêt de mort », a dénoncé Gnamien Yao, parlant « de dérives inacceptables au Pdci » de certains cadres.

« Bédié, notre candidat en 2020 »

« Au Pdci, à ce Bureau politique du 17 juin 2018, chacun est libre d’aller faire valoir son point de vue. Donc, il n’y pas de danger. Ce que les gens sont en train de faire, cela s’appelle des dérives pour rien. Et le Pdci ne mérite pas ces dérives. Bédié est un démocrate achevé », s’est encore emporté Gnamien Yao, qui a fait étalage du palmarès de M. Bédié et l’esprit républicain qui a toujours caractérisé les dirigeants successifs à la tête du parti. « Par deux fois, il a affronté son secrétaire général dans les urnes. Qui dit mieux en Côte d’Ivoire ? Le Pdci-Rda a été le seul parti en Côte d’Ivoire qui n’a pas pratiqué la politique de la terre brûlée. Quand le général Robert Guéi a renversé le Pdci, il s’est trouvé des cadres du Pdci dans le gouvernement du général Robert Guéi. Quand Laurent Gbagbo arrive au pouvoir, nous étions dans son gouvernement. Aujourd’hui, le président Alassane Ouattara est au pouvoir, il y a des cadres Pdci dans son gouvernement », a-t-il relevé.

Pour lui, la fronde menée en ce moment par certains cadres va mourir de sa belle mort, lorsque les « fleurs vont se faner ». « La fronde menée par certains cadres, c’est normal. La fronde fait partie de l’Adn du Pdci-Rda parce que quand on va prendre sa carte de militant, on ne fait pas de lavage de cerveau aux militants. La fronde existe dans notre parti, mais celle-là va mourir de sa belle mort », a-t-il affirmé. À entendre Gnamien Yao, M. Bédié ne s’est pas trompé en signant l’accord politique du Rhdp. « Notre boussole, ce sont les textes du parti. Le président Bédié a signé un acte, conformément aux textes de notre parti pour avoir une relation avec tous les partis de Côte d’Ivoire. On est 800 membres à nous réunir. Et quand tu prends la parole et que tu es dans le faux, on le saura. Notre enracinement dans la démocratie, notre fois en la démocratie se reflètent dans la signature des accords de Bédié. Au printemps, en hiver, en automne et en été, le Pdci-Rda vit. C’est pourquoi nous avons 72 ans. Et il vivra. Le candidat du Pdci-Rda en 2020, c’est le président Bédié. Qu’est-ce que vous voyez ? On a dit à Bingerville que le candidat du Pdci-Rda en 2020 sera un militant actif. Qui mieux que le président Bédié est un militant actif ? Qui mieux que le président de notre parti est militant actif ? Vous pouvez dire et écrire que Gnamien Yao dit que le candidat du Pdci en 2020 est le président Bédié. Au Pdci, le président Bédié est le militant le plus actif du Pdci et c’est lui qui sera notre candidat à l’élection présidentielle de 2020 », a balancé ce cadre du Pdci.

A en croire l’ambassadeur Gnamien Yao, Kobénan Kouassi Adjoumani, l’ex-porte-parole du Pdci ne « sera pas le dernier secrétaire à être demis », ajoutant que « ce qu’on demande aux militants, c’est le courage de leurs opinions. Si tu es à gauche, tu dis clairement que je suis à gauche ». Selon lui, après sa chute en 1999 par un coup d’État, « la mission de Bédié, c’est de nous conduire au pouvoir ». « Après le coup d’État, sa mission, c’est de conduire le Pdci au pouvoir. Sa mission continue. Et donc, naturellement, Bédié est le candidat du Pdci jusqu’à nouvel ordre. Sa mission continue après le coup d’État. Il est le candidat naturel et légitime du Pdci. Il tient sa légitimité du congrès, de ce qu’il a gagné au congrès dans les urnes. Il n’a pas gagné par acclamations ni par applaudissements. Il a gagné à la régulière au 10ème congrès. Il a gagné à la régulière au 11ème congrès. Et, aujourd’hui, la Constitution de notre pays dit qu’il n’y a plus de limitation d’âge. Donc, nous, au Pdci, on ne se pose pas de questions. Le président Bédié, c’est le premier responsable de notre parti et c’est lui qui est le militant le plus actif. Donc, c’est lui, notre choix. C’est lui notre candidat en 2020. Au Bureau politique du 17 juin 2018, il faut que chacun vienne et qu’il s’exprime librement en face de Bédié, qui est un démocrate achevé. Ce n’est pas le Rhdp qui choisira le candidat du Pdci », a-t-il asséné.

Et le grand conférencier du Pdci-Rda de poursuivre : « C’est le parti qui choisi son candidat. Moi, en tant que Grand conférencier du Pdci, je vous dis, au regard de la Constitution ivoirienne, au regard du fonctionnement du parti, c’est Henri Konan Bédié qui est le candidat du Pdci en 2020. Ce n’est pas quelqu’un d’autre qui va choisir un candidat du Pdci à notre place. Je suis désolé. Le Rhdp n’est rien d’autre qu’une sorte d’Onu (Organisation des nations unies) des partis politiques en Côte d’Ivoire, comme à l’Internationale socialiste, l’International libéral, l’Oms (Organisation mondial de la santé). On est membre de l’Onu, mais aucun n’a une carte d’identité de l’Onu en poche. Les textes du Rhdp, c’est-à-dire les statuts et règlement intérieur du Rhdp ne sont rien d’autres que des chartes. C’est comme la charte de l’Onu qu’on a ratifié. Chaque parti aura, à son siège, son drapeau et le drapeau du Rhdp. Et il va garder sa souveraineté et son autonomie. Comme il y a le drapeau de la Cedeao (Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest), la drapeau national, le drapeau de l’Union africaine dans toutes les administrations en Côte d’Ivoire ».

Pour Gnamien Yao, « au nom du principe de conformité, Bédié sera applaudi à tout rompre, parce qu’il a appliqué l’article 101 des statuts du Pdci. On apprête des fanfares pour aller à ce Bureau politique. Ce qui va se produire, au Bureau politique le 17 juin 2018, nous allons ratifier le Rhdp en tant que plate-forme politique. Le Rhdp en tant que parti unifié sera purement et simplement rejeté. Le Rhdp, de façon sournoise, en tant que parti unifié, sera rejeté. Oui, il sera rejeté. Le Pdci fait honneur à la République de Côte d’Ivoire sur le continent africain. Bédié a agi conformément aux textes du parti. Je le répète. Le Rhdp plate-forme sera ratifié, mais le Rhdp parti unifié sera rejeté. Nous gardons notre autonomie ».

 

 

koaci.com

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment