09262020Headline:

Présidentielle de 2015-Banny confirme sa candidature et prévient : ” Tout le monde peut partir du Pdci, mais moi je n’en partirai jamais ”

Konan Banny

Le 10 décembre 2014, par l’entremise de ses proches, l’ex Premier ministre ivoirien et bientôt désormais ex-président de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR) Charles Konan Banny avait fait déposer sa demande de candidature en vue de la prochaine Convention du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) pour postuler en tant que candidat de cette formation politique à la présidentielle de 2015.

Le samedi 13 décembre 2014, le concerné l’a lui-même annoncé officiellement : « J’ai en toute humilité et de manière démocratique et républicaine, déposé ma candidature à l’investiture par la Convention du PDCI en vue de l’élection présidentielle de 2015 ». En pour signifier que la possibilité d’être obligé d’aller en candidat indépendant figure parmi les cartes qu’il a en mains, il a également ajouté : « Mais sait-on jamais. Après, il y a beaucoup d’hypothèses ». « Nous nous reverrons pour envisager toute hypothèse », a-t-il ensuite promis à ses partisans réunis à son domicile sis à la Riviera-Cocody Charles Konan a aussi annoncé que le président du PDCI, Henri Konan Bédié, est informé de son intention de briguer la magistrature suprême en 2015. « La campagne n’est pas encore ouverte. Mais sachez que j’ai demandé par écrit à des personnes ressources respectables, par respect pour nos traditions, d’aller dire au président du PDCI que je ne ferai rien sans l’avertir. J’ai accompli cette démarche », a-t-il confié. Justifiant son « acte », Charles Konan Banny a précisé ceci à ses partisans : « Vous m’avez envoyé en mission. (…). Et je me sens une très grande obligation de défendre l’héritage laissé par feu le président Félix Houphouët-Boigny. Dans la tribu à laquelle j’appartiens, si des héritiers ont des difficultés, il leur est permis de vendre une villa ou un bout de terre. Mais ce qui n’est jamais permis, c’est de vendre l’or qui est le trésor. On ne s’en dessaisit pas. On ne l’abandonne pas. Tout le monde peut abandonner le PDCI. Tout le monde peut partir du PDCI. Mais moi, je n’en partirai jamais. (…) La première des choses, il faut que le PDCI continue d’exister. C’est cela mon premier combat. Mon deuxième combat est que le PDCI veuille bien que je sois son porte-flambeau ». Sur son second combat, il a indiqué à ses partisans que lorsque sa candidature sera retenue par le PDCI comme il l’espère, ils passeront à une autre étape.

Alex. A

Comments

comments

What Next?

Related Articles