04272017Headline:

Présidentielle de 2020-Gnamien Konan(UPC): il y a des entraves pour être candidat.

L’Union pour la Côte d’Ivoire (UPCI) a tenu un Bureau politique ce samedi à son siège sis à Cocody où elle a débattu brièvement de la socio-politique du pays et du plan d’action stratégique pour son implantation et son développement.

Au sortir de cette rencontre, son Président s’est entretenu avec la presse sur les questions d’actualité.

«Nous avons abordé tous les points qui préoccupent les Ivoiriens à savoir, le débat que moi-même j’ai organisé sur les concours administratifs. Nous avons parlé du traitement par le gouvernement de la mutinerie. Nous avons parlé de l’agro-business. J’ai discuté avec mes militants pour avoir le retour quant à leur perception de l’évolution de la société ivoirienne, » a d’emblée déclaré le ministre Gnamien Konan.

Absente aux rencontres du RHDP,Gnamien Konan  a indiqué qu’il n’a pas personnellement connaissance d’une invitation à participer aux activités de cette coalition dont son parti fait officiellement membre.

«Toutes les activités organisées se sont faites à notre parfaite ignorance. Si nous sommes invités, nous aviserons, » a-t-il précisé.

Le Président de l’UPCI a annoncé à la presse que son parti déplore le fait que les Ivoiriens consciemment ou inconsciemment se soient mis dans l’aventure d’Agrobusiness.

«Nous avons appris que l’Agrobusiness a commencé depuis huit ans. Les entreprises de l’Agrobusiness ont fait régulièrement de la communication. Le Gouvernement a attendu si tard pour intervenir. Cela montre bien que quelque chose ou beaucoup de choses ne tournent pas rond dans le fonctionnement du Gouvernement. Si c’est de l’escroquerie, je n’ai pas conseillé à un membre de ma famille ou une connaissance à y participer. Parce l’argent pour moi ne se gagne pas facilement. Dans tous les cas, l’Etat dans sa mission régalienne de protéger la population contre toutes formes d’abus, d’escroquerie et de violence aurait du se rendre compte un peu plutôt. En tout état de cause, il y a une justice dans ce pays. Elle dira qui doit réparer les torts, » a martelé Gnamien Konan.

Selon lui, les souscripteurs ont la loi et peuvent porterplainte  pour chercher réparation.

«Il y a encore l’espoir. La justice est là , il faut lui faire confiance, » a-t-il ajouté parlant du remboursement des souscripteurs.

Gnamien Konan estime que la gouvernance menée en Côte d’Ivoire doit réconcilier tous les ivoiriens et plaident pour que les acteurs politiques aient un accès légal aux médias d’Etat.

«Je crois que s’il y a ce minimum on doit pouvoir réconcilier les acteurs politiques. Et puis en Côte d’Ivoire ici, il faut solder les comptes de la crise post-électorale. Qu’on sorte de là. Que les vainqueurs pardonnent aux vaincus et que les vaincus pardonnent aux vainqueurs, » a-t-il poursuivi.

Candidat à l’élection présidentielle de 2020, le Président de l’UPCI pense qu’il y a des entraves pour être candidats.

«On entend des bruits, la caution sera portée à 50 millions, on dit qu’on a jamais dit cela, et puis on apprend qu’il faudrait un parrainage de 250 élus et chefs de villages et on sait dans quelles conditions ces élections passées ont eu lieu. Et on sait que les chefs de villages sont des hommes nommés donc sont sous l’autorité des sous-Préfets, » a dénoncé Gnamien Konan.

Le ministre a l’impression qu’on ne lui a pas encore tout dit, néanmoins, il met en garde ceux qui préparent ce coup d’Etat contre la démocratie.

«Qu’ils se ravisent parce que cette fois-ci, nous ne nous laisserons pas faire. Le petit Bénin par la taille a eu 33 candidats à l’élection présidentielle, il n’y a pas eu de morts. Donc pourquoi superposer les conditions et les rendre plus difficiles. Il y a quelque chose à dire, il faut le dire, les ivoiriens vont décider. Même si nous sommes 30 candidats cela ne fait rien. Je souhaite que nous soyons 30. Parce que si nous sommes 30, il n’en aura pas pour une seule tribut. Si dans une tribut vous avez plusieurs candidats, effectivement cette tribut ne va pas choisir en fonction de la tribut mais en fonction du Programme, » a-t-il déclaré.

Le sujet de la mévente du cacao a été abordé par le Président de l’UPCI. Selon lui, ce problème sera réglé une fois qu’il sera au pouvoir.

Gnamien Konan ne comprend pas pourquoi, il perdure depuis Houphouët-Boigny jusqu’à maintenant.

«On finit toujours par avoir des scandales. On arrête les gens sous Gbagbo, aujourd’hui, ils sont dans la nature. C’était des centaines de milliards Fcfa. On les a arrêtés puis mis en prison. On les a jugés puis condamnés mais ils sont dehors. Il faut arrêter. (…), » a-t-il déploré.

Il demande aux autorités d’allez voir au Ghana, 2e producteur mondial de cacao, comment ce pays gère la filière.

“Mais c’est nous qui avons toujours des scandales. Pourquoi ? Les milliers de maitrisards qui sont là sans emplois, on ne peut pas les former et les mettre à la disposition des

coopératives pour les encadrer et vendre à l’extérieur. Les gens paient déjà l’impôt et le DUS, ça ne suffit pas ? Je vais régler ça quand je serai président, » a-t-il conclu.

Wassimagnon, Abidjan

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment