05292017Headline:

Procès / A la barre Simone Gbagbo fait des révélations /ce qu’elle dit de Blé goudé et du Colonel, Ahouman Nathanaël

proces simone gbagbo visage

Côte d’Ivoire: Assises, Simone Gbagbo affirme que le Colonel, Ahouman Nathanaël a été tué par les FRCI

L’interrogatoire de l’ex Première dame ivoirienne s’est poursuivi aujourd’hui à la Cour d’Assises du Plateau.

Simone Gbagbo a affirmé à la barre que Blé Goudé Charles a fait un bon travail pour maintenir la république débout.

«Je trouve que Blé Goudé a fait du bon travail. Je l’ai vu rassembler des jeunes pour que la république reste débout, » a déclaré l’accusée.

A la question de savoir si le patron de la galaxie patriotique était un être dangereux, l’ex Première dame a répondu que si tel était le cas on lui aurait donné cette information.

«Si Blé Goudé avait un comportement nuisible, je suis sûr que quelqu’un serait venu me donner cette information, » a-t-elle précisé.

Accusée de financer les activités de Blé Goudé,Simone Gbagbo  a soutenu en présence du juge Bouatchi Kouadio qu’elle ne connaissait pas les financiers du patron de la galaxie patriotique.

«Je ne sais pas qui finançait ces activités. J’ai participé à trois ou quatre de ses meetings, »a-t-elle martelé.

Interrogé sur la marche des femmes d’Abobo, pendant la crise post-électorale, le député d’Abobo a indiqué qu’elle veut voir les certificats de décès des victimes tuées et leur validité.

Convaincu qu’au moment des faits, tout était paralysé à Abobo, l’accusée a affirmé que le médecin qui a fait le constat de mort était en service au CHU de Cocody.

«C’est un complot. Je pense que le crime n’a jamais existé. C’est une pièce de théâtre, » a déclaré Simone Gbagbo.

L’ex Première dame a également indiqué à la barre que la marche sur la RTI n’était pas pacifique, parce que l’actuel président de l’Assemblée nationale ivoirien a été aperçu en train d’actionner ses hommes.

«Des personnes ont été arrêtées avec des grenades, des éléments des Forces de défense et de sécurité ont été lors de cette marche. Les informations ont été relayés par les journaux, »a-t-elle ajouté.

A la question du juge, si elle avait souvenance qu’il y a eu des morts dans cette marche,Simone Gbagbo  a répondu «oui ».

Avez-vous diligenté une enquête, a poursuivi le juge Kouatchi Kouadio.

«A quel titre je peux diligenter une enquête. C’est à quel titre je le ferais. Je n’avais pas compétence de prendre des décisions, » a précisé Simone Gbagbo.

Vice présidente du Front populaire ivoirien au moment des faits, le député d’Abobo a déclaré que sa formation politique n’avait pas également pouvoir de décision.

Au sujet des barrages de Yopougon, l’ex Première dame a indiqué qu’elle ne pouvait pas se prononcer puisqu’elle n’a pas suffisamment d’informations.

Elle a nié à la barre qu’elle n’a jamais entendu parlé de miliciens libériens à Yopougon, mais elle a entendu parlé de mercenaires dont elle ne connait pas les nationalités.

Néanmoins, elle sait que des chasseurs traditionnels dozo ont combattu à Duékoué, Toulepleu et Guiglo.

«Je ne peux affirmer que des miliciens ont combattu aux côtés des FDS, » a-t-elle conclu sur ce sujet.

Simone Gbagbo a révélé à la barre que le Colonel Ahouman Nathanaël assassiné durant la crise post-électorale a été tué par des éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) qui l’ont enlevé dans son village puis ils l’ont abattu à Grand-Lahou.

Décrite comme une personne «dangereuse », l’ex Première dame a déclaré qu’il n’en est rien et a plaidé pour que ça cesse.

«Des choses graves ont été dites contre moi. On m’a décris d’une certaine façon. Je suis cette femme ambitieuse, autoritaire, dure qui régentait même à la place de son mari. Je souhaite que ça cesse. » a conclu l’accusée.

Wassimagnon, Abidjan

koaci

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment