10182017Headline:

Procès à la CPI /Même à La Haye, Les témoins divisent on ne tombe pas d’accord pour Abobo

bensouda

Procès à la CPI

Les journaux parlent de l’audience d’hier à la CPI et de la colère du juge-président : «Hier, à la CPI, le juge-président craque en plein procès», titre à la Une Soir Info. Selon lui la pression de l’audience du jeudi a amené le juge à demander que les parties puissent libérer le troisième témoin déjà ce vendredi dans l’après-midi. Le juge aurait craqué face au témoignage émouvant du témoin P190 et de l’attitude des avocats de Gbagbo.

Et L’Expression d’ajouter que «le juge fâché contre les avocats de Gbagbo. Les raisons, c’est que les avocats donnent le titre de président à Laurent Gbagbo. Par conséquent le juge, en attendant de consulter ses collègues, a demander à la Défense d’arrêter d’appeler Gbagbo ”président” parce que cela prête à confusion. C’est ce qui fait la Une de Le Patriote également. «Le juge aux avocats de Gbagbo : je vous interdis de l’appeler président».

C’est pourquoi d’ailleurs L’inter titre : «Hier, à la CPI : l’appellation ”président Gbagbo est interdite». Le journal livre la réaction de Me Altit. «C’est humiliant de le dire ainsi… Dans la culture française et ivoirienne ou un ancien président et un ancien haut magistrat garde son titre de président même quand il n’est plus président. Ne pas le faire est une atteinte à ce que nous sommes, une atteinte à notre culture et c’est humiliant. Ne pas dire Gbagbo président, c’est s’attaquer à la légitimité de son action. C’est considérer qu’il n’ pas été élu par le peuple ivoirien».

Les témoins divisent

le procès de Laurent Gbagbo devant la Cour pénale internationale (CPI) se poursuit avec l’audition des témoins. Cette phase réserve dans la presse ivoirienne son lot quotidien de commentaire. A en croire Le Temps, le témoin interrogé hier a mis en cause le gouvernement ivoirien. « Affaire 7 femmes tuées à Abobo: le 3è témoin fait mentir le régime », titre en manchette le journal. A en croire le quotidien, « a la différence des deux premiers témoins, ce témoin apporte une précision de taille qui pourrait blanchir le président Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ». Le journal se fonde notamment sur le dires du témoin ajoute que « tout le temps, l’on a fait croire que les femmes ont reçu les balles de face. Mais, le témoin P-536 affirme que les chars et autres véhicules d’où seraient parties les balles allaient dans le sens d’Adjamé ».

Pour sa part, Lg Infos met en avant la ‘’colère’’ du témoin contre Fatou Bensouda et parle de « nouveau revers pour l’accusation ». « Le témoin P.536 se déchaine contre Bensouda », livre à sa Une le quotidien. « Le témoin n’a pas manqué de dénoncer l’ingratitude du régime Ouattara. Sans oublier les frustrations des promesses non-tenues par le procureur », commente le quotidien.

Quant à Nord-Sud Quotidien, il choisit de s’intéresser au fond d’un des témoignages entendu hier devant la Cour. « Procès à la CPI: le témoin 190 raconte la tuerie des femmes d’Abobo », écrit en manchette le quotidien. Le témoin a notamment assuré que cette scène n’était pas un montage comme plusieurs personnes l’ont affirmées. « Ce n’est pas juste de dire que ce n’était pas du sang. C’était bel et bien du sang. Je voyais bien, ce sang giclait sur moi », a affirmé le témoin.

Au cours de la journée d’hier, l’un des témoins selon Le Quotidien d’Abidjan a révélé les violences dont ont été victimes les proches de Laurent Gbagbo. « Le témoin de Bensouda raconte l’horreur vécue par les pro-Gbagbo », titre en manchette le journal. Citant le troisième témoin intervenu devant la Cour qui a indiqué que les pro-Ouattara « étaient plus forts et plus nombreux » que les pro-Gbagbo, le journal estime que les proches de l’ancien président ivoirien ont vécu des moments « horribles » à Yopougon.

linfodrome.ci.

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment