07242017Headline:

Procès de la Honte / Gbagbo rit des âneries/la defense denonce d’emblee la partialité de Bensouda

cpi gbagbo 1

Ouverture du procès de Gbagbo : LA DEFENSE DENONCE D’EMBLEE LA PARTIALITE DE BENSOUDA

Comme prévu, le procès couplé du président Laurent Gbagbo et du ministre Charles Blé Goudé s’est ouvert jeudi 28 janvier 2016 à la CPI dans les nouveaux locaux du tribunal international à la Haye. L’ensemble des faits qui sont reprochés aux deux prévenus ont été présentés par le greffier de la CPI avant que la Défense de Laurent Gbagbo ne réagisse énergiquement…

«C’est que depuis 4 ans, le procureur a adopté une certaine vision de la Côte d’Ivoire, une certaine vision de la crise électorale, une certaine vision de Laurent Gbagbo dont il est incapable de se départir quels que soient les faits contraire. A ce niveau, nous sortons du Droit pour entrer dans le domaine de la croyance qui n’a pas sa place dans ce prétoire…» C’est par ces propos qui étalent sans nul doute la partialité flagrante du procureur de la CPI, que maître Jacob a conclu les premières observations de la Défense de Laurent Gbagbo dès l’ouverture du procès ce jeudi 28 janvier à la Haye.

Une exaspération qui fait certainement suite aux nombreux manquements de la procureure Fatou Bensouda dans la conduite de l’ensemble de la procédure. Avant cette conclusion, Maitre Jacob s’est surtout attelé à étaler au grand jour, l’insuffisance des preuves de l’accusation caractérisée par un parti pris flagrant : «Les éléments de preuves qui pouvaient constituer des éléments à décharge ont été systématiquement ignorés par le procureur. Ces manquements symbolisent une violation du statut » a souligné amer, l’avocat du Conseil de Gbagbo avant la première suspension de séance./.

ProcèsDeLaHonte / Gbagbo rit des âneries de McDonald, aka Procureur 

Gbagbo et Charles Blé Goudé devant la Chambre de première instance I de la Cour pénale internationale (CPI), composée de M. le juge Cuno Tarfusser (Italie), juge président, Mme la juge Olga Herrera Carbuccia (République dominicaine) et M. le juge Geoffrey Henderson (Trinité-et-Tobago).

Laurent Gbagbo, ancien Président de la Côte d’Ivoire, a été remis à la CPI le 30 novembre 2011 et sa première comparution devant la Chambre préliminaire a eu lieu le 5 décembre 2011. Le 12 juin 2014, la Chambre préliminaire I a confirmé, à la majorité, quatre charges de crimes contre l’humanité (meurtre, viol, autres actes inhumains ou – à titre subsidiaire – tentative de meurtre, et persécution) à son encontre et l’a renvoyé devant une chambre de première instance pour y être jugé.

Charles Blé Goudé, né le 1er janvier 1972 à Niagbrahio, Côte d’Ivoire, a été remis à la CPI le 22 mars 2014 par les autorités de la Côte d’Ivoire suite à un mandat d’arrêt délivré par la CPI le 21 décembre 2011. L’audience de confirmation des charges a eu lieu du 29 septembre au 2 octobre 2014. Le 11 décembre 2014, la Chambre préliminaire I a confirmé quatre charges de crimes contre l’humanité que constituent le meurtre, le viol, les autres actes inhumains ou – à titre subsidiaire – la tentative de meurtre, et la persécution à l’encontre de M. Blé Goudé et l’a renvoyé en procès devant une chambre de première instance.

AUGUSTIN Djédjé
envoyé spécial à la CPI

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment