12172017Headline:

PROCÈS: Gbagbo et Blé : 04 Avril 2017, ex conseiller de Franck Guei et désormais membre du RDR, nouveau témoin/ce qu’il dit


Côte d’Ivoire: Un ex proche de Lida Kouassi, ex conseiller de Franck Guei et désormais membre du RDR, nouveau témoin à charge contre Gbagbo et Blé Goudé

Il fut tour à tour apporteur d’affaire, selon lui, proche de Lida Kouassi, soutien de Gbagbo à l’ouest puis conseiller de Franck Guei, membre de la Galaxie patriotique, depuis lors membre du RDR et consultant pour un cabinet d’un de ses cadres (Joel Nguessan, ndlr) et aujourd’hui témoin à charge contre  Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé à la Haye.

Avant qu’une pause de sanctionne sa première session à la CPI, répondant aux questions du bureau du procureur, Monsieur Evariste Yaké, yacouba de Man revenu en Côte d’Ivoire en 2006 après une émigration en Suisse et en France, a expliqué qu’il vivait au quartier millionnaire (Locodjro) jusqu’à la crise quand des jeunes de sa région étaient venus lui demander d’être le président d’une association (Judem, ndlr).

Un mouvement pro Gbagbo l’a ensuite approché sous l’impulsion du journaliste Guillaume Gbato pour être le président de la Comajlg avec Damana Pickass en parrain et dont le lancement se fera au Baron de Yopougon.

Le 37ème témoin de l’accusation, ex de la galaxie patriotique, indiquera avoir été proche du ministre Lida Kouassi à son retour au pays, qui, selon ses propos, l’aidera, le logera et lui demandera d’aider Laurent Gbagbo,et expliquera avoir été appelé par Blé Goudé également pour soutenir Laurent Gbagbo.

« Un matin (vers 2008 début 2009 selon les transcrits, ndlr) j’ai reçu un coup de fil de Charles Blé Goudé pour le rencontrer dans ses bureaux non loin de la mosquée d’Adjein (Angré, ndlr), j’ai informé  Franck Guei  qui m’a dit de l’écouter et de lui rendre compte. J’y suis allé et il m’a demandé de l’aider pour soutenir Laurent Gbagbo ».

Une première pause sera sonnée sur cette partie.

A la reprise il expliquera avoir tenté de revoir Blé Goudé à Yopougon à sa demande pour lui faire le point sur une mission à l’ouest pour laquelle le “Général” lui avait donné 16 motos, mis à disposition un camion et 500 mille Fcfa pour les frais.

Evariste Yaké, dont le nom est chanté dans la chanson de campagne du président Gbagbo (“C’est comment, comment”, ndlr) sera ensuite mis face à ses déclarations faites au préalable au bureau du procureur au sujet du pasteur Gami dans le cadre de la gestion de la campagne dans le Tonkpi, qu’il aurait alors qualifié de chef de milice pour la libération de l’ouest. Yaké n’ira étrangement pas dans le sens de ses déclarations faites au bureau du procureur sans nul doute à son retour d’exil ghanéen en 2013, allant jusqu’à expliquer qu’il ne connaissait quasi pas le pasteur Gami.

Amy Touré, Abidjan

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment