10182017Headline:

PROCÈS: Gbagbo et Blé Goudé: 05 Mai 2017,le nouveau temoin Fadiga Mamadou/”mon ami a été tué et brulé à Yopougon”


Mamadou Fadiga est le nouveau témoin à charge contre Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé à la Haye. Pour sa première journée d’audience, il s’est employé ce jour face au bureau du procureur à dresser des circonstances de la mort d’un de ses amis, tué et brulé à  Yopougon alors qu’il tentait de rejoindre sa femme enceinte et restée au quartier Doukouré, théâtre de troubles, le 25 février 2011.

Avant cette difficile épreuve, via vidéo conférence depuis Abidjan, il a indiqué être née le 7 avril 1967 dans la région de Touba, citoyen ivoirien, Malinké et expliqué avoir travaillé 10 ans durant à la CIE avant de devenir, en 2006, électricien indépendant.

Militant du RDR depuis 1994, dans les années 90-91, il a précisé avoir «un peu» milité au FPI.

Secrétaire de section, responsable de base dans son quartier du terminus 40 de Yopougon avant les élections il encadrait les militants en vue des scrutins. A ce jour il est responsable de section au quartier Sogéfia 6.

Durant les élections il «gérait» deux bureaux de vote, au second tour il relèvera qu’un superviseur RDR, Ngodjili Cissé, lui a rapporté qu’on venait de tirer sur certains de leurs éléments à l’école primaire EPP Sicogi 10, pour que lui et ses camarades prennent garde avant d’évoquer ce qui glacera l’audience avant sa clôture.

« Quand on a été informé que les jeunes de Yao Sehi avaient des armes pour attaquer ceux de Doukouré, le vendredi 25 février 2011 j’ai commencé à donner des consignes à ceux qui allaient à la mosquée Sideci Antenne et nous-même on a commencé à prendre des dispositions, on était en alerte pour ne pas être surpris, on était au Grin. Aux environs de midi on a commencé à entendre des coups de feu d’armes de petits calibre et au fur et à mesure on entendait des armes plus importantes, peut-être des kalaches et à un certain moment deux ou trois fois on a entendu de grands bruits boom boom, dans le même temps y’a des jeunes qui pillaient qui repartaient vers Yao Sehi avec des pots de peinture, des feuilles de taule, c’est après qu’on a vu d’autres avec des gourdins et des barres de fer » a expliqué Mamadou Fadiga.

Profitant d’un moment d’inattention et pensant une accalmie, un de ses amis Hamed, ressortissant burkinabé, dont la femme était enceinte au quartier Doukouré a quitté le Grin avec un autre, Adama Soumahoro, malgré les recommandations contraires en raison du degré de dangerosité qui prévalait, pour la rejoindre.

Arrivés sur un terrain vide, à la vue de jeunes excités dont un, un certain Claude Tétchi, ayant reconnu Hamed, ils ont pris peur. C’est à ce moment qu’Hamed aurait alors tenté de revenir au Grin. Sur le chemin du retour, poursuivi par une trentaine de ces jeunes excités, un réparateur de portable réussi à le saisir avant que ses poursuivants arrivent pour le lyncher, le tuer et le bruler.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment