10262020Headline:

Grogne des militaires Psychose à Abidjan ,Des chars devant la RTI ,Des écoles fermées

frci-vs-ccdo

  .

Des soldats de l’armée ivoirienne en service à Bouaké (379 km au Nord d’Abidjan) ont déclenché, mardi, un arrêt de travail en sortant des camps militaires pour fermer et occuper les corridors de la ville.

Ces soldats mécontents réclameraient le paiement de leurs arriérés de salaires qui datent depuis 2009. « Il y a certains de nos anciens qui sont allés à la retraite sans leurs salaires, bloqués sous l’ancien régime de Laurent Gbagbo (…)« , explique un soldat en poste à la 3è région militaire de Bouaké, soulignant que des « soldats actuellement en fonction ont également plusieurs arriérés de salaires« .

Selon des informations recueillies sur place, ce mouvement de protestation est largement suivi dans les casernes de la ville de Korhogo. Toujours selon les mêmes sources, le camp commando de la commune d’Abobo (Abidjan), est aussi entrée dans la danse. Des sources proches de l’armée, un colonel a été tabassé et ligoté. Des agences de presse ont fait état de la généralisation de la grogne dans les communes du Plateau et de Daloa. Des chars ont été postés au siège de la Radio-télédiffusion ivoirienne, (RTI) par mesure de précautions. Un dispositif sécuritaire a été mis en place dans toute la ville d’Abidjan et de San-Pedro.

Pour l’heure, la psychose gagne la population abidjanaise. Des écoles et des commerces ont commencé à fermer. Les bureaux ont été désertés. La Télévision nationale annonce une déclaration du Ministre chargé de la défense.

ab911

Comments

comments

What Next?

Recent Articles